18 décembre 2014

Un polémique sur Miraval, une!

Un article de Vanity Fair (France) lance une polémique à propos du vin de Brad Pitt et Angelina Joli, Miraval.

offre_vanity_fair_1_an_new_9526.jpeg_north_480x215_white.jpg

La question serait de savoir si le vin est bio ou pas.

La réponse est pourtant facile - pour quiconque traite régulièrement du vin.

Le domaine est exploité en bio. Mais le vin contient aussi des raisins de parcelles voisines qui ne sont pas bio. Raison pour laquelle le vin n'est pas étiqueté bio.

Il n'y a donc aucune tromperie, aucune entourloupe, juste l'illustration, au mieux, de l'ignorance du rédacteur de ce papier, et au pire, de sa mauvaise foi la plus crasse. Sans vouloir jouer les vedettes, c'est dans ces moments là que je me dis que le journalisme en vin a encore une certaine raison d'être. Pour bien informer, il faut être bien formé dans le sujet qu'on traite. 

Un vrai pro se serait plutôt intéressé au prix obtenu par le vin de Miraval dans le Wine Spectator - "Meilleur Rosé du Monde", c'est un peu exagéré, non?

D'abord, ça ne veut rien dire. Quel panel sérieux pourrait décider de ce qui est "meilleur" entre un Tavel, un rosé des Pouilles, un Côtes de Provence, un Oeil de Perdrix suisse, un Navarre, un Cabernet d'Anjou?

Et puis, je trouve amusant que pour la première fois qu'un magazine américain décerne ce prix (à peine si le Wine Spec considérait le rosé comme du vin, ces dernières années), il récompense des compatriotes. Stars, de surcroît.

Pour moi, c'est là le vrai scandale. Si les magazines du vin se pipolisent, leurs articles ne vaudront bientôt pas plus que ceux des torchons pour bimbos et blaireaux. Voila, c'est dit!

09:57 Écrit par Hervé Lalau dans Etats-Unis, France, Pour rire, Provence | Tags : miraval, vanity fair, wine spectator | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

16 décembre 2014

A la manière de Brel

A la manière de Brel (et de Buzzati), un petit délire sur le jour où la France s'ouvrira aux vins étrangers...

 

podcast_jacques-brel_a_0_3171.jpg

 

Je m'appelle Zangra et je suis vigneron,

En haut de Condrieu, qui domine la plaine où viendront les camions

De viogniers étrangers quand l'marché s'ouvrira.

 

En attendant ce jour je m'ennuie quelque fois, alors j'achète des terres, plus au Sud en Ardèche.

Je les plante en viognier plutôt qu'en AOC.

 

Je m'appelle Zangra et je suis vigneron,

J'exporte mes Condrieu sur tous les continents et jusqu'en Australie.

Les Kangourous m'copient et concurrencent mes vins dans tous les pays tiers

Avec des vins moins chers - mais en France, jusqu'ici, faut dire qu'on n'les voit guère. 

 

En attendant ce jour, et en voyant la baisse,

Du vieux marché français, j'aim'rais bien acheter

D'nouveaux droits d'plantation hors de mon Aoc.

On me parle d'Inao, et moi de mon viognier.

  

Je m'appelle Zangra et j'étais vigneron, en haut de Condrieu qui domine la plaine et l'Australie est là.

10:02 Écrit par Hervé Lalau dans France, Pour rire | Tags : brel, pastiche, zangra | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |