27 janvier 2016

Le pied!

L'excellent Laurent Gibet (In Vino Veritas Toulouse) m'a fait passer un article du Point sur les nouveaux verres sans pied de Puiforcat. Je cite un petit extrait: "Avec la complicité d'Enrico Bernardo, Meilleur sommelier du monde 2004, et du designer Michael Anastassiades, l'orfèvre a imaginé une ligne de verres à vin qui réinventent l'art de la dégustation. Le trio a commencé par se débarrasser du pied pour poser un chiquissime culbuto sur un socle en argent. « Nous avons choisi le parti pris de la rupture. Il s'agissait d'inventer une nouvelle gestuelle très alternative, car sans pied. On peut ainsi jouer avec ce verre à la fois simple et très raffiné », confie Hélène Dubrule, présidente de Puiforcat.

Et Enrico Bernardo de renchérir:"On a voulu créer une autre façon de déguster. Avec un verre sans pied, on a une plus grande proximité avec le vin, qui va entrer différemment dans le palais. La forme joue aussi sur les tanins et la minéralité".

Laurent me demande mon avis sur ce "culbuto chiquissique". Le voici.

"Meilleur contact avec le vin", dit Bernardo. 

Moi je dis: on risque fort de le réchauffer! C'est justement tout l'intérêt du pied de limiter, voire d'éviter tout contact avec le vin (avant la mise en bouche, qui reste tout de même un contact important!).

On n'a pas attendu Puiforcat pour les verres sans pied; on a même longtemps bu le vin dans des gobelets, des cornes, voire des outres. Sans parler des godets Durobor, pour le casse-croute sur le chantier. Mais pour le dégustateur exigeant, si vous me passez l'expression, ce n'est pas le pied!

Après, rien n'empêchera jamais les créateurs d'avoir envie de réinventer la roue, les souffleurs de souffler, les snobs de snober, et honnêtement, ça fait moins mal à l'humanité qu'un terroriste, quelle que soit sa couleur ou sa religion.

00:45 Écrit par Hervé Lalau dans Pour rire | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

20 janvier 2016

"Taste the feeling"

C'est là qu'on voit combien il est pratique d'utiliser des slogans en anglais: même les plus abscons, même les plus cons peuvent encore faire illusion auprès d'une certaine clientèle.Imaginez un peu que Coca-Cola soit une boisson française (ce qu'à Dieu ne plaise) et que son siège soit à Montluçon, alors son nouveau "baseline", dévoilé cette semaine en grandes pompes... à soda, bien sûr, ne serait pas "Taste the feeling", mais... "Goûte la sensation".

Autant dire: rien! Un message vide, le niveau zéro de la différenciation.

Quel goût? Quelle sensation? Pourquoi Coca plutôt qu'un autre?

Et dire qu'il y a des gens pour nous reprocher d'employer des mots trop vagues, du genre de minéralité...

00:12 Écrit par Hervé Lalau dans Pour rire | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |