09 mars 2011

Pesticides: la solution

Je reviens sur l’affaire de Damery, commune champenoise privée d’eau potable pour cause de taux de pesticides dépassant les normes (voir mon post de mardi).

Le problème est mal posé.

Il ne se situe évidemment pas au niveau de la quantité de pesticides épandus dans le vignoble champenois – ces quantités sont nécessaires si l’on veut maintenir les rendements et donc, le revenu du vigneron marnais, du négociant marnais, du betteravier marnais et du concessionnaire automobile marnais, sans parler de M. Bayer, de Mme Sanofi et de la balance commerciale de la France. Car il faut garder à l'esprit l'objectif fixé par le ministre de l’agriculture: l'équilibre entre développement économique agricole et respect de l'environnement.

vin,bio,vignoble,ogm

Le dégustateur du futur sera plus résistant

Dans ce contexte, il convient d'abord de clouer le bec à tous ces écolos, ces bobos, ces gens qui bêlent «bio, bio» comme des moutons de Panurge. Car comme le rappelait la FNSEA, l’environnement est une chose trop importante pour être laissée aux écologistes. Les gens sérieux doivent reprendre la parole. Relativiser. Quitte à noyer le poisson. Dans une eau bien propre, bien sûr.

Et puis aussi, un peu, régler le problème.

Là, une solution vient immédiatement à l’esprit – et tant pis si elle effraie quelques esprits attardés: je veux parler des OGM.

Activons la recherche OGM sur les embryons humains. Au moyen de gènes habilement améliorés, créons une nouvelle race d’hommes et de femmes capables de résister à des niveaux de pesticides beaucoup plus élevés que les malheureux plafonds actuellement fixés par les agences sanitaires.

00:10 Écrit par Hervé Lalau dans France, Pour rire, Vins de tous pays | Tags : vin, bio, vignoble, ogm, humour noir | Lien permanent | Commentaires (6) | | | |

23 février 2011

En conversion

Vitisphère, un site décidément bien informé, parle pas mal d'écologie en ce moment (même pour fustiger les écologistes). Ce matin, j'y apprends que les Vignerons de Buzet lancent un vin "issu de raisin en conversion vers l'agriculture biologique".

Deux remarques:

-Primo, je ne savais pas que les raisins avaient des opinions, qu'elles soient religieuses, philosophiques ou environnementales. Que des gens décident de convertir un vignoble en agriculture biologique, ça a un sens. Sens littéral. Sens éthique. Sens économique. C'est selon. Mais que des raisins décident de se convertir, ça n'en a aucun.

Pourtant, surtout quand on est une grosse coopérative et qu'on se met au bio (ce qui, à tort ou à raison, peut être taxé d'opportunisme), il faut parler précis, parler vrai.

-Secundo, j'aimerais comprendre ce que cela signifie concrètement. Que les raisins contiennent encore quelques joyeusetés chimiques emmagasinées au fil des années précédentes? Qu'ils en contiennent moins? Dans quelle proportion? Bref, quelle garantie cela donne-t-il au consommateur?

Bon, à présent, un scoop: ce blog est en conversion vers l'écriture intelligente.

Ca prendra le temps qu'il faut, mais j'ai sauté le pas. Mes raisins - je veux dire, mes articles, vont vraiment s'améliorer. Un jour.

11:12 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, Pour rire, Sud-Ouest, Vins de tous pays | Tags : vin, vignoble, buzet | Lien permanent | Commentaires (8) | | | |