17 septembre 2011

Concours Mondial de la légende à deux balles (le retour)

Pirerre Deproges dans ses oeuvres...

 

 

 Les ravages de la puce à curés en Amérique du Sud

 

 

Exemple de soutane bleue

(ici en noir)

 

 

Essayage de chaussures sacerdotales

 

 

Directeurs mexicains déposant leur bilano

 

 

Endiviers ruinés par la grande sécheresse de 1864

 

 

Sans femme, l'homme s'étiole

 

 

 Divers stades d'évolution de l'hémiplégie

 

 

le Pangolin s'est échappé

(photo Paris Match)

 

 

 Un kamikaze  égaré se pose à Mexico

( ph.Harcourt)

 

 

J-Y Cousteau mimant le mégatherium aux Journées de Mexico

 

 

 L'abbé Pierre jette un oeil sur la misère

(photo Emmaeus)

 

 

Alunissage raté

 

 

Avant Pie IX les rouquins étaient excommuniés

 

 

De gauche à droite : les 5 sens

 

 

Exemple d'autotorture: la génuflexion

 

 

Absence d'uropygienne chez le non-canard

 

 

Vasille Vasidonvasimimile mimant le vélo devant Pie IX

à la foire de Mexico

 

 

Le xiphophore vénéneux est lacrymogène

(travaux du Dr Schwartzenberg)

 

 

"L'abbé Pierre à Lambaréné"

 

 

 

 La reddition du maton de la Bastille

 

 

 

B.Tavernier essayant de corrompre le jury du festival de Cannes 1984

(photo Paris-Match)  

 

 

 

 Les quatre amants d'Hélène Gomez

 

 

 

Bourgueillais ayant fui le mildiou acceuillis à Mexico

 

 

 

Larminier testant le cancer du genou (photo Niepce )

 

 

 

"Morituri salue ta tante"( P.D.Lomo)

 

 

 

"Les notables de saint gilles croix de vie surpris par la maree montante"

(photo ouest france)

 

 

 Les ionesco à l'Unesco

 

 

 

Les travaux de Xaintrailles sur les Gnous

(photos W.Disney)

 

 

 

Le Yang-tseu-kiang à sec

(Mao Tsé braque)

 

 

Et un dernier de mon petit cru:

Un propriétaire de Grand Cru de Bordeaux ruiné par les Foires aux Vins remet son âme à Dieu.

16 septembre 2011

Du vin et des autres alcools forts

Le dernier plan de rigueur du gouvernement français, qui vise à diminuer le déficit de l'Etat, prévoit l'augmentation de la taxation des alcools de plus de 40°. Cette taxe équivaudrait à quelque 90 centimes par litre.

Le gouvernement a jugé bon de préciser que «le vin, les rhums et les productions régionales ne sont pas concernés par cette mesure». Pour le vin, c'était une précision quelque peu superflue. En effet, le vin ne titre jamais plus de 40°. Et même, plus de 20°. Mais peut-être ce détail n'est-il pas connu de nos dirigeants.

Ceci explique peut-être que les défenseurs du vins aient tant de mal à découpler leur produits des alcools forts en matière d'éducation aux produits alcooliques, de prévention, de communication, de culture: les "experts" croient dur comme fer que le vin titre plus de 40°!

L'allusion aux "produits régionaux" pose un autre problème. Quels produits sont concernés, au juste?

Pour ce qui est du Cognac, on peut avoir des doutes. La part de ce noble breuvage consommée en France est inférieure à 8%. Il s'agit donc plus d'un produit d'exportation.

Restent l'Armagnac, le Calvados, la gentiane, l'Izarra, les eaux de vie d'Alsace, la Chartreuse, le Pousse Rapière, le Génépi, sans oublier la vipère  dans l'alcool, vieille spécialité des Alpes (c'est dans les Bronzés font du ski)...

Et la vodka charentaise?

De toute façon, les experts trancheront certainement plutôt en fonction du revenu fiscal que cela génère. Des aménagements seront peut-être consentis, aussi, en fonction d'accoitances politiques locales.

D'ailleurs, on voit mal pourquoi les productions régionales devraient moins participer au redressement des comptes de la nation que les autres.

Mais s'il y avait une logique dans la taxation, ça se saurait...

00:25 Écrit par Hervé Lalau dans France, Pour rire | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |