01 février 2016

Où sont les femmes?

La récente polémique (une de plus) sur l'absence de femmes dans la sélection du Festival de la BD d'Angoulême m'a incité à une sévère introspection. Je constate que les vins de femmes sont très peu présents dans ces chroniques.

Patrick_Juvet_Allan_Warren.jpg

Comme dirait Juvet: "Où sont les femmes?" (photo Allan Warren)

Pourtant, aucune volonté de ma part. D'ailleurs, comme la grande majorité des vins que je vous présente ici ont été dégustés à l'aveugle, au cours de dégustations multi-sexes, multi-races, multi tout (il nous arrive même de mélanger Languedoc et Roussillon, c'est vous dire!), je ne pense vraiment pas faire de sexisme.

Oui, mais. Considérant qu'il y a toujours beaucoup plus de vignerons que de vigneronnes dans la viticulture française et européenne, ne me faudrait-il pas, au titre d'encouragement, et de lutte anti-discrimination, décréter un quota de vins de femmes? Un peu comme ça se passe aux Etats-Unis avec le quotas de minorités dans les films, par exemple.

J'ai comme un doute. Non, deux.

D'abord, il me faudrait être sûr de sélectionner des vins réellement vinifiés par des femmes; il existe pas mal d'associations de femmes vigneronnes, mais à y regarder de plus près, il y en a de deux sortes: les femmes qui font le vin, et les femmes qui vivent avec ceux qui font le vin. Bien sûr, seules celles qui se rangent dans la première catégorie pourraient m'intéresser.

Secundo, me faudrait-il, après dégustation, aller jusqu'à repêcher un vin non sélectionné par ce que c'est un vin de femme? Je ne pense pas que ce soit là un service à rendre à la gente féminine.

En attendant, je pense donc que je vais continuer à sélectionner les vins pour ce qu'ils ont. In vitro veritas.

Après tout, sans aucun effort de ma part, j'ai quand même déjà épinglé les vins de Pascale Rivière (Jasse Castel) , Hélène Thibon (Mas de Libian), Clothilde Legrand (Domaine Legrand), Pilar Rodrigo (Shadrapa), Marie Chauffay (La Réserve d'O), Catherine & Alix Roque (Clovallon/Mas d'Alezon), Anne Donnadieu (Domaine de la Salade), Françoise Sirot-Soizeau (Château Closiot), Alessandra Quarta (Claudio Quarta)... et j'en oublie sans doute pas mal...

 

 

 

 

00:44 Écrit par Hervé Lalau dans Espagne, Europe, France, Pour rire | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

27 janvier 2016

Le pied!

L'excellent Laurent Gibet (In Vino Veritas Toulouse) m'a fait passer un article du Point sur les nouveaux verres sans pied de Puiforcat. Je cite un petit extrait: "Avec la complicité d'Enrico Bernardo, Meilleur sommelier du monde 2004, et du designer Michael Anastassiades, l'orfèvre a imaginé une ligne de verres à vin qui réinventent l'art de la dégustation. Le trio a commencé par se débarrasser du pied pour poser un chiquissime culbuto sur un socle en argent. « Nous avons choisi le parti pris de la rupture. Il s'agissait d'inventer une nouvelle gestuelle très alternative, car sans pied. On peut ainsi jouer avec ce verre à la fois simple et très raffiné », confie Hélène Dubrule, présidente de Puiforcat.

Et Enrico Bernardo de renchérir:"On a voulu créer une autre façon de déguster. Avec un verre sans pied, on a une plus grande proximité avec le vin, qui va entrer différemment dans le palais. La forme joue aussi sur les tanins et la minéralité".

Laurent me demande mon avis sur ce "culbuto chiquissique". Le voici.

"Meilleur contact avec le vin", dit Bernardo. 

Moi je dis: on risque fort de le réchauffer! C'est justement tout l'intérêt du pied de limiter, voire d'éviter tout contact avec le vin (avant la mise en bouche, qui reste tout de même un contact important!).

On n'a pas attendu Puiforcat pour les verres sans pied; on a même longtemps bu le vin dans des gobelets, des cornes, voire des outres. Sans parler des godets Durobor, pour le casse-croute sur le chantier. Mais pour le dégustateur exigeant, si vous me passez l'expression, ce n'est pas le pied!

Après, rien n'empêchera jamais les créateurs d'avoir envie de réinventer la roue, les souffleurs de souffler, les snobs de snober, et honnêtement, ça fait moins mal à l'humanité qu'un terroriste, quelle que soit sa couleur ou sa religion.

00:45 Écrit par Hervé Lalau dans Pour rire | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |