28 octobre 2011

Les affaires de DSK

Dans sa dernière livraison, la Revue du Vin de France a fait rire tout le monde avec un article où Jack Lang cabotine sur le vin. Une idée en amenant une autre, je me suis demandé ce matin ce qu'aurait donné le même genre d'interview... avec Dominique Strauss-Kahn.

Se posait évidemment le problème du choix dans la date, si j'ose dire. Les goûts (vineux) d'un DSK présidentiable auraient été plus intéressants pour la RVF... que ceux du locataire de Rikers Island.

J'ai donc tenté de reconstituer l'interview imaginaire que le meilleur économiste du France aurait accordée à Joseph Chlomo, accompagné de sa photographe, le 10 mai 2011, dans les locaux du FMI à New York.

dsk,vin,rvf

Dominique Strauss-Kahn (Photo archives FMI)

Joseph Chlomo: "M. Le Directeur Général, à quand remonte votre passion pour les grands vins?"

Dominique Strauss Kahn: "Au premier choc pétrolier".

Joseph Chlomo: "Vous considérez donc ça essentiellement comme un investissement?"

DSK: "Oui, pourquoi, il y a une autre fonction?"

JC: "Euh, oui, le vin, c'est aussi fait pour boire..."

DSK: "Vous voulez sans doute parler de la boisson. Je pensais qu'on parlait des Grands Crus. C'était bien le thème de l'interview, d'après le mail que m'a passé mon assistante?"

DSK appuie alors sur le bouton de son interphone: "Zsuzana, vous pouvez m'apporter le dossier RVF, s'il vous plaît? C'est sur la pile des revues people. A côté du book d'Eiffage."

La secrétaire apporte un classeur contenant des numéros de la RVF. DSK en ouvre un, tout écorné, qui date des années 80. Il le repose. Il ouvre ensuite le dernier numéro en date, puis s'exclame: "OK, je vois que vous devenez de plus en plus professionnels. C'est du sérieux, vous couvrez bien les primeurs, et aussi les foires aux vins. Vous savez qu'on peut y faire d'excellentes affaires. Et les affaires, ça me connaît."

JC: "Merci du conseil, Monsieur le Directeur Général. Donc, vous n'ouvrez jamais les bouteilles?"

DSK: Pas celles que j'achète. Mais entre amis, ou dans les dîners d'affaires, là, je ne dis pas... si l'ambiance est bonne, je me laisse aller.

JC: "Et que choisissez-vous alors?"

DSK. "Des des vins couillus, comme dit si bien Antoine Gerbelge. Voila un chroniqueur que j'apprécie".

JC: "Il sera heureux de l'apprendre. Donc, vous n'aimez pas les vins féminins".

DSK appuie à nouveau sur l'interphone: "Maître Goldenberg? C'est DSK. Dites, je peux répondre à une  question  sur les vins féminins? Oui? Merci.

Si, si j'apprécie énormément le charme féminin. J'ai dans mes coffres plusieurs millésimes de Pichon Comtesse et même une photo de la Baronne de Rothschild quand elle était actrice. Par ailleurs, j'offre pas mal de pinots noirs. Je ne crache pas non plus sur un rosé de Provence; avec un petit Banon, je ne vous dis que ça".

JC: "Et un vieux Hollande?"

DSK: "Non, ça, j'évite."

JC. "Quelle importance votre judaïté revêt-elle dans votre choix de vins?"

DSK: "Sarkozy prône le Karcher, je peux bien prôner le Kasher, non? De plus, le vin a une dimension mystique. J'en parlais récemment avec mon ami Meyers.

JC: "Mais encore?"

DSK. "Acheter un Petrus à 100 euros pour le revendre 1.500, pour moi, ça a un côté mystique. Tu es Petrus, et sur ce Petrus, je construirai mon fonds d'investissement".

JC: "Et votre épouse, quels vins apprécie-t-elle?"

DSK: "Bonne question". DSK appuie à nouveau sur l'interphone: "Aïcha, s'il vous plaît, vous pouvez me passer le dossier Sinclair? Non, pas Brett Sinclair! Anne, ma femme".

Aïcha apporte le dossier. DSK le parcourt rapidement: "Tiens, elle s'intéresse aux vins de Carole Bouquet".

JC: "M. Le Directeur Général, je pense que nous en avons fini. Merci d'avoir bien voulu nous accorder un peu de votre temps précieux".

DSK: "Ce fut un plaisir, M. Chlomo. Votre photographe est charmante. Mes amitiés à Madame".

Toute ressemblance avec des faits, interviews, pensées et fantasmes ayant pu exister ou pouvant exister dans une autre dimension serait tout à fait fortuite.

 

12:29 Écrit par Hervé Lalau dans Pour rire | Tags : dsk, vin, rvf | Lien permanent | Commentaires (9) | | | |

17 octobre 2011

Quand boire un grand Bordeaux?

Avec mon copain Sébastien Durand-Viel, ce midi, on s'est ouverts une bouteille de Château Margaux 1961. Comme ça, pour le plaisir. On adore l'histoire, tous les deux, et ce genre de bouteilles, c'est un peu de l'histoire liquide.

Relevant son nez du verre, Sébastien a fait la moue (mais pas la guerre): "Je pense qu'on l'a trop attendue, cette bouteille".

'Oui, que je lui ai dit, on aurait dû la boire hier".

-Oui mais hier, on mangeait des huitres"...

On n'a pas fini la bouteille de Margaux, on s'est rabattus sur un Menetou-Salon. Dieu que c'est bon quand c'est bon!

L1020605.JPGFaites la moue, pas la guerre...

11:14 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, Pour rire | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |