20 décembre 2011

Kim Jong Il, bienfaiteur du Cognac, est mort

Vous savez qu'il y a des gens qui regrettent déjà Kim Jong Il, récemment rappelé au paradis communiste qui n'existe pas?

Je ne parle pas des généraux séniles qui lui faisaient office de cour. Ni aux enfants élevés dans son culte. Ni à son peuple éploré versant des larmes de crocodiles et se serrant la ceinture d'un cran supplémentaire.

kim yong il,cognac,vin,vignoble,alcool

Le Soleil de Ricard? Non, celui de Martell et d'Hennessy

Non, je veux parler des producteurs de Cognac, et notamment  de Mah-tel et de He-Ne-Ssy  - pardon, de Martell et d'Hennessy, auxquels, selon le Washington Post, il achetait jusqu'à 800.000 dollars du noble alcool charentais... par an. Sans doute pas du trois étoiles ni du VSOP. Minimum XO, je dirais.

Pas en direct, non, car le pays étant totalement fermé aux produits décadents du monde capitaliste, ces alcools de prix devaient passer en toute discrétion par la Chine, à moins que ce soit par les valises diplomatiques.

L'exemple vient d'en haut, même dans les pays totalitairement égalitaires.

La cave du Guide de la Révolution nord-coréen ne contiendrait pas moins de 10.000 bouteilles de grands vins.

Je le subodorais sans pouvoir le prouver, maintenant c'est fait: ce n'est pas parce qu'on se paie des grands crus qu'on est forcément un type sympathique.

23:01 Écrit par Hervé Lalau dans Charentes, Pour rire | Tags : kim yong il, cognac, vin, vignoble, alcool | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

11 décembre 2011

Le coffre de Coca-Cola, ou l'information non signifiante

Hier, j'évoquais à nouveau l'affaire du Jumillagate et m'interrogeais: fallait-il en parler?

J'ai répondu oui. Et j'ai argumenté.
 
Cela ne veut pas dire que je trouve que toute information est toujours bonne à dire, ou plutôt, qu'elle a sa place dans toutes les gazettes, sur tous les blogs. Cela devient du matraquage. Et c'est d'autant plus agaçant quand l'info est peu signifiante.
 
Un peu partout, sur le net, du Figaro en passant par 7 sur 7, La Tribune de Genève, Actu-loisirs, Morandini, je lis la même dépêche ou presque: à Atlanta, au musée Coca-Cola, on expose le coffre ayant contenu la recette originale de l'élixir de Coca-Cola.
 
Pas la recette, non, juste le coffre.
 
Ceci vaut-il une tel déploiement médiatique? Non.
 
Est-il normal, de plus, que cette dépêche soit reproduite sans en changer une virgule par la plupart des sites et journaux en question (et sans doute d'autres)? Non.
 
Ainsi va le monde de l'information. Le futile prend la place de l'utile. Le copier-coller est une méthode de travail.
 
Et pourquoi j'en parle, alors, et sur un site de vin?
 
Parce que le Coca-Cola est la boisson qui donne du bonheur à table! C'est leur pub qui le dit.
 
J'ai donc bien le droit de parler de la concurrence!
 
 

10:39 Écrit par Hervé Lalau dans Etats-Unis, Pour rire | Tags : information, désinformation, futilité | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |