26 décembre 2012

Comment s'appelle cette cuvée, déjà?

Il n'y a pas longtemps, aux Grands Buffets à Narbonne, j'ai redégusté le vin d'un domaine de Faugères ou de Saint Chinian, je ne sais plus très bien - et malheureusement, impossible de remettre un nom sur ce domaine.

IMG_1824.JPG

Impossible de remettre un nom sur les arômes, aussi. Je n'ai pas pris de notes. Ou alors, je ne sais plus où j eles ai mises.

Était-ce du cassis ou de la mûre, du cuir ou du cacao, du thym, ou du romarin? Ils me disent tous quelque chose, un peu comme la madeleine de Proust. Mais quoi? Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant, mais les détails s'évaporent au réveil comme les part des anges, à Cognac. Londres émergeant du fog. Bruxelles sous la drache.

L'avantage, avec ce vin, c'est qu'à chaque fois, j'ai l'impression que je le bois pour la première fois...

Son nom ressemble à almézèïre, alrézeire, alzéïmère, ou quelque chose du genre.

Dites, c'est grave, Docteur?

14:39 Écrit par Hervé Lalau dans Pour rire | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

24 décembre 2012

Bugarach: quel dommage!

A Bugarach, l'ambiance fin du monde a laissé la place à l'ambiance kermesse; quel dommage que le pétard ait foiré!

Le pic est toujours là, immobile, serein, majestueux, comme posé sur l'horizon de notre crédulité.

Mais que vont donc devenir tous les illuminés qui avaient fait le déplacement? Avaient-ils seulement pris un billet de retour? Ou avaient-ils vidé leur compte en banque?

800px-Bugarach.JPG

Sous le pic, une épaisse couche de crédulité humaine... (Photo Thierry Strub)

Et que vont-ils boire ce soir pour le Réveillon de Noël? Un Lacrima Christi? Un Flying Cigar? Une Delirium Tremens?

Pas dégrisés pour deux sous, certains croient dur comme fer (ou plutôt comme schistes et calcaires) que Jésus est enterré sous le pic de Bugarach. Et pourquoi pas Bouddha, Moïse ou Mahomet?

A qui profite la farce? Aux agences immobilières? Aux hôteliers du coin? Au maire? Aux petits hommes verts qui nous regardent dans leur grande lunette de chiottes, comme les étrons galactiques que nous sommes?

Astro-gastro-entéritement vôtre,

Hervé