09 octobre 2011

Setubal: deux muscats d'anthologie

Suite et fin de mes notes de dégustation des vins de Bacalhôa, avec deux moscatels de Setubal d'anthologie...
Un tout petit rappel sur l'élaboration, d'abord: il s'agit de  muscat d'Alexandrie, ramassé à maturité, muté à l'alcool (le produit titre environ 17 degrés à l'arrivée, pour environ 130g de sucre jeune, mais aussi, et c'est plus original, élevé en vieilles barriques entre 5 et 10 ans selon les qualités. Et ces vieilles cuvées dépassent souvent les 200g de sucre.

L1040680.JPGLe chai à barriques de Bacalhôa


Moscatel de Setúbal 2005

Celui-ci est un millésime 2005, qui a passé 5 ans dans le bois.
Explosion de fruit au nez, confiture d'abricot mêlée d'épices (cannelle, notamment), mais aussi de quinquina, de foin, de rose fanée; en bouche, on part sur le café, l'abricot à nouveau, la frangipane. On en oublierait presque le sucre. On note par contre quelques jolies notes de vieux marc et une pointe d'acidité très bienvenue? Un vin qui se mange autant qu'il se boit, si vou svoyez ce que je veux dire... 17/20

Setubal.jpgA boire, à manger, à rêver...

Moscatel de Setubal "Moscatel Roxo" 1999

Ici, on a utilisé une variante rosée du cépage, le moscatel Roxo, qui délivre quelques tannins. Côté couleur, il n'y a guère de différence cet c'est le fut qui la donne, ces muscats ont la robe d'un vieil armagnac.
 Le nez parait plus simple au premier abord, sur des notes de cognac, mais d'autres arômes prennent bientôt le relais, notamment de la poire mure, des dattes, des prunes, et puis ine belle brassée d'épices. Attention, nous sommes face à un vin multidimensionnel! Un vin qui nous emmène au tréfonds de notre bibliothèques sensorielle; je vous donne ma version, mais je suis sur que vous pouvez en trouver d'autres. En bouche, je pars sur les raisins de Corinthe, le moka et l'essence de fleur d'oranger, l'alcool est là, mais bien integré; il donne même un côté aérien à l'ensemble   Le sucre ne domine pas, il se fond. L'acidité semble un peu plus élevée que dans le précédent, ce qui réveille les papilles. Grand vin d'amateur... à prix démocratique. 18/20


00:40 Écrit par Hervé Lalau dans Portugal | Tags : vin, vignoble, moscatel, muscat, setubal | Lien permanent | Commentaires (8) | | | |

08 octobre 2011

Premier jour à Setúbal: Bacalhôa

A l'invitation de mon confrère Anibal Coutinho et du salon Vinipax, me voici au Portugal, et plus précisément dans la péninsule de Setúbal, à une cinquantaine de kilomètres au Sud de Lisbonne.
Si la région est réputée pour ses muscats, ceux-ci ne représentent qu'une faible part de la production.

Je suis accueilli par Henrique Soares, l'efficace directeur de la Commission Vitivinicole de Setúbal. Je retrouve deux confrères, Guy Bonnefoit et Bernard Gheeraerd et nous partons pour notre première visite, la maison Bacalhôa.
Il s'agit rien moins que le deuxième groupe viticole portugais.
Un groupe relativement jeune, constitué par un investisseur on ne peut plus dynamique, le senhor Berardo, autour d'entreprises existantes comme JP Vinhos, Quinta de Bacalhoa et Aliança et qui couvre aujourd'hui l'essentiel des vignobles portugais.
L'unité que nous visitons à Azeitao produit à elle seule 9 millions de litres.

L1040730.JPGLa péninsule de Setubal



Nous dégustons une sélection des vins:

Catarina 2010
Un blanc de fernao pires, d'arinto et de chardonnay (33 pc chacun) élevé 6 mois en futs.
Citron, levure, miel, écorce d'orange, quelques notes d'aneth, une bonne acidité en bouche, mais du gras et une jolie finale saline. Très belle entrée en matière.
 14,5/20

Meia Pipa 2008
Castelao, cabernet sauvignon et syrah
Pas mal de fruit rouge,  un peu de grillé-fumé au nez, une bonne acidité en bouche (c'est l'influence marine de la péninsule), un vin assez suave, plutôt travaillé, qui devrait trouver un assez large public
13/20

Tinta da Anfora 2007
Aragones, cabernet sauvignon, touriga nacional, trincadeira alfrocheiro
On ne peut pas dire que l'oenologue ait voulu se faciliter la tâche avec tous ces cépages, mais à l'arrivée, c'est un peu convenu.
Du fruit mûr, fraise, cerise,  une bonne acidité, là encore, quelques notes de noisette, un peu de tannin mais pas trop, c'est un vin passe-partout. Rien à redire, mais ça manque un peu de personnalité. 12,5 /20

JP private selection 2008
100 pc Castelao - le grand cépage rouge de la région.
Belle puissance, cette fois! Au nez, des épices, du fenouil, des herbes de Provence, acidité boisé grand potentiel macérations longues 15/20

La suite demain avec "la" grande spécialité de Setúbal, le muscat...

00:19 Écrit par Hervé Lalau dans Portugal | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |