23 mai 2012

Les Sentiers du Goût de Bellegarde

L'Office de Tourisme du Pays d'Argence, à Beaucaire, me signale une belle balade entre les vignes, le samedi 2 juin prochain.

Cela s'appelle "Les Sentiers du Goût", et ça se passe à Bellegarde (et nulle part ailleurs), de 8 heures à 18 heures. Départ sur la Place des Arènes.

Au programme, une découverte pédestre du terroir, de ses agriculteurs et de leurs produits. La randonnée est encadrée et commentée. Le patrimoine local comprend un aqueduc romain, un arboretum du 19ème siècle, un moulin à huile et de belles vignes de clairette, la vedette locale...

La distance totale est de 18 Km, mais avec de nombreuses haltes qui seront l'occasion de déguster des vins, des  jus de fruits... Possibilité d'achats durant la journée (transport assuré).

C'est gratuit (apporter son pique-nique, quand même). Merci, les bénévoles!


Infos : +33 4 66 01 03 40




12:57 Écrit par Hervé Lalau dans France, Languedoc, Midi | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

21 mai 2012

La leçon du Mont Tauch: et si on dégraissait le mammouth des AOC?

Je l’apprends au détour d’un article de l’Indépendant de Perpignan consacré au sauvetage de la Cave du Mont Tauch, à Fitou.

Pour apurer les stocks, la cave a déclassé 20.000hl de Fitou en Vin de France.

Rien à redire, le Mont Tauch a juste dû brader son vin pour se refaire un peu de trésorerie, c'est la vie des affaires. A ce que dit son nouveau patron, la coopérative avait vu "un peu grand" dans ses projets d’expansion. Les optimistes diront que ce sont ses clients qui ont vu "un peu petit"

Quoi qu’il en soit, quand on sait à quel point les AOC de base se vendent peu cher, peuchère, on se dit que ce genre d’opérations devraient être généralisées.

Mammoth-ZOO.Dvur.Kralove.jpg

Le Mammouth (Photo Mistvan)

Je plaide depuis longtemps pour que les AOC soient réduites en surface, limitées aux zones vraiment qualitatives, à la quintessence du terroir. Et que le reste passe en IGP ou Vin de France.

Pour dégraisser le Mammouth des AOC, en quelque sorte.

Mais il y a peut-être une manière plus  expéditive d’arriver au même résultat, en attendant que cette improbable réforme ne se fasse: à chaque millésime, les ODG décideraient de ne faire agréer que 30% de la production totale déclarable en AOC dans les aires d’appellation.

Les AOC ne représenteraient donc plus, comme aujourd'hui, environ la moitié de la production nationale, mais entre 15 et 20%, ce qui me semble un chiffre plus raisonnable: car l'AOC, au départ, était conçue pour des produits d'exception.

Qu’est-ce que vous en dites ?

Ce ne serait pas mieux de faire la sélection en amont?  Chaque type de vin se vendrait à un prix correct, on ferait une vraie différence de prix entre AOC, IGP et vin de France, parce qu’on segmenterait mieux la production.

Ca éviterait que la mévente n‘oblige les producteurs, quelques mois après, à vendre à vil prix, et sans appellation, ce qui était censé être leur meilleur vin, produit avec des contraintes de rendement et d’encépagement plus fortes.

Vous me direz, "Hervé, mais vous n'arrêtez pas de nous le dire sur tous les tons, ça devient lassant".

Et je ne vous donne pas tort. Mais si même moi, petit scribouillard de province,  j'ai pu conceptualiiser un tel schéma, je m'étonne que d'autres plus malins et mieux placés ne l'aient pas déjà réalisé.

 

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans France, Languedoc, Midi, Pour rire | Tags : aoc, mammouth, réforme, vin, vignoble | Lien permanent | Commentaires (26) | | | |