09 décembre 2017

Où s’arrête le Languedoc ?

La question a l’air bête, mais il me revient que certains vignerons du Tarn aimeraient bien faire partie de la famille languedocienne.

Aujourd’hui, seuls 4 départements viticoles ont cet honneur: l’Hérault, l’Aude et le Gard, bien sûr, mais aussi les Pyrénées-Orientales, dont pourtant, la plus grande partie n’est pas languedocienne, mais roussillonnaise.

Et si l’on s’intéresse à une histoire un peu plus ancienne que celles de ces nouvelles féodalités républicaines que sont les «régions de programme», on s’aperçoit que le Languedoc historique était beaucoup plus vaste qu’aujourd’hui.

Outre sa définition actuelle, il englobait le Vivarais (l’Ardèche), le Velay (la moitié sud de la Haute-Loire), l’Albigeois (soit tout le Tarn actuel), sans oublier une bonne partie de la Haute-Garonne (y compris Toulouse), et petit bout du Tarn-et-Garonne et de l’Ariège.

 

LanguedocHisto.jpg

La province du Languedoc sous l'Ancien régime (les départements indiqués sont postérieurs)

Ce Languedoc de l’Ancien régime avait d’ailleurs Toulouse pour capitale officielle, au moins jusqu’au 18ème, moment où Montpellier, ville jugée moins frondeuse par le pouvoir royal, commença à lui contester cette suprématie.

La Province du Languedoc était divisée en deux généralités, celle de Toulouse et celle de Montpellier.

 

17:32 Écrit par Hervé Lalau dans France, Languedoc, Midi | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

03 novembre 2017

Finalement, l'IGP Pays d'Oc peut produire des bulles

L'INAO vient finalement d'autoriser les IGP Pays d’Oc, Coteaux de l’Ain, Comté tolosan et Vin des Allobroges à produire des vins effervescents.

Pour rappel, la Fédération nationale des producteurs et élaborateurs de Crémants s'était opposée depuis le début à cette possibilité. Les cahiers des charges de 4 IGP ont été revus, pour mieux mettre en valeur l'héritage de l'effervescence dans les zones de production, et le curieux véto des Crémants (qui sont des AOP, et ne jouent donc pas dans la même catégorie) a ainsi pu être levé.

paul-mas-piquepoul-frisant.jpg

Pour la petite histoire, j'ai déjà eu l'occasion de déguster des bulles IGP Pays d'Oc - celles de Lalaurie, notamment, et celles de Paul Mas - le Piquepoul Frisant. Outre le petit goût de l'interdit, je les ai trouvées très bonnes. En plus, dans le cas du Piquepoul, c'était une occasion unique de déguster ce cépage en effervescent.

Car avec tout le respect que j'ai pour les Crémants, sous ce nom, on trouve surtout du Chardonnay, du Pinot Noir, un peu de Pinot Blanc et de Chenin - pas une énorme variété de cépages, en définitive...

10:09 Écrit par Hervé Lalau dans France, Languedoc, Midi | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |