03 février 2013

Luxembourgeois, Bernard Massard, vraiment?

Bernard Massard est une marque de mousseux luxembourgeois.

Euh, non, en fait, Bernard Massard est une marque luxembourgeoise de mousseux.

Non, je ne me fiche pas de vous, il y a bel et bien une différence.

Seule une partie des (bonnes) bulles qui sortent des chais de Grevenmacher sont issues exclusivement de la production locale (à savoir, la Cuvée de l'Ecusson Millésimée). Le reste assemble (souvent joliment, là n'est pas le problème) des jus du pays et des jus importés.

Mais prenons le cas du "BSA" d'entrée de gamme, la cuvée "Sélection" (la plus vendue). Vous conviendrez avec moi que des trois cépages qui figurent sur la contre-étiquette (chardonnay, chenin et pinot blanc), seul le dernier a vraiment l'accent luxembourgeois. En ce qui concerne le chenin, je serai même plus formel: il ne fait pas partie du tout de l'encépagement de l'AOC Crémant de Luxembourg (qu'il ne revendique d'ailleurs pas, soyons clairs).

Mais sur la même contre-étiquette, on trouve pourtant: "Produced in Luxembourg".

selection_brut.jpg


Bernard Massard est donc tout à fait dans la légalité - c'est juste que la loi, en l'espèce, me semble un peu laxiste.

Ne vous y trompez pas, je suis tout à fait favorable à la libre-circulation des marchandises, des vins, des moûts et même des bonnes idées en Europe. Mais je trouve que les normes d'étiquettage laissent à désirer.

Le consommateur a le droit d'être mieux informé. La plupart de mes amis belges, friands de la marque, mettraient leur main au feu que le Bernard Massard est issu de raisins de la jolie Moselle luxembourgeoise...

Et Bernard Massard n'est qu'un exemple parmi d'autres, pas mal de marques, en Loire, notamment, pratiquent le même genre d'assemblages - la différence étant seulement que dans leur cas, le nom de leur pays n'est pas un nom d'AOC.

Alors, ne faut-il pas changer les règles du "produit au", "produced in", "product van"...?

00:34 Écrit par Hervé Lalau dans France, Luxembourg | Tags : produced in, crémant de luxembourg, aop, aoc | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

05 décembre 2012

Plus que 10 fois dormir...

... et quelques  francophones chanceux pourront regarder une chaine de télé consacrée aux vins.

Cette chaîne, c'est Edonys, qui, après de multiples péripéties juridiques, a finalement été autorisée à émettre... depuis le Luxembourg.

Edonys : la chaine de télé du vin émettra depuis le Luxembourg à partir du 15 décembre

Début des émissions: samedi 15 décembre; au départ, cependant, seuls les  26 500 foyers abonnés au bouquet luxembourgeois La Télé des P et T pourront y avoir accès. Si tout va bien, des abonnés de Suisse et de Belgique pourront suivre, début 2013; et enfin, au printemps, le pays d'Evin.

 Jean-Michel Peyronnet, qui porte le projet depuis plusieurs années évoque un programme bien alléchant: "le vin plaisir, le vin à la portée de tous, le vin décomplexé, mais aussi le vin culture, le vin patrimoine, le vin produit de civilisation. Nos programmes laisseront également toute sa place à la gastronomie, dont le vin constitue un composant essentiel. Une politique basée sur l’achat de programmes de qualité, mais également sur d’ambitieuses productions et co-productions exclusives. A terme, nous serons en mesure de diffuser 24 heures sur 24 avec 8 heures de programmes exclusifs par semaine. En attendant, nous sommes heureux et fiers du pré-lancement de notre chaîne au Grand-Duché du Luxembourg, notre pays d’accueil, terre de liberté d’expression et… producteur d’excellents vins et crémants comme nul ne l’ignore."

Les Belges, eux, se remémoreront sans doute avec un peu de nostalgie le magazine Millésimes, qui a fait les beaux jours de la RTBF télévision (et de la culture vineuse) dans les années 1990-2000, sous la houlette de l'ami Louis Havaux.

20:49 Écrit par Hervé Lalau dans Europe, France, Gastronomie, Luxembourg, Suisse, Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |