07 novembre 2012

2012 en Centre Loire, en Roumet dans le texte

Benoit Roumet est le dynamique directeur du Bureau interprofessionnel des vins du Centre-Loire (BIVC). Il nous présente le millésime 2012 dans sa région.

Avant l'été

«Dans un hiver 2011-2012 sec et relativement doux, la seule période de froid significative a eu lieu au cours de la première quinzaine de février, occasionnant la destruction de quelques bourgeons. Le débourrement fut précoce, de fin mars à début avril. Le retournement climatique à partir du 10 avril entraîna une longue période de trois mois globalement froids et humides. Quelques bourgeons furent à nouveau gelés en avril. Petit à petit, l’avance du début de saison s’est perdue.
La floraison s’est déroulée avec environ une semaine de retard s’étendant sur trois semaines. La coulure et le millerandage ont sévi de façon irrégulière. Les rouges ont été assez touchés alors que les blancs ont bien résisté. La pression des maladies cryptogamiques, mildiou et oïdium, a été forte mais bien maîtrisée dans l’ensemble.
Une nouvelle inversion de climat s’est produit mi-juillet avec la fin des précipitations. A partir du 10 août, les températures sont redevenues supérieures aux normales. Ces conditions climatiques sont arrivées juste au bon moment pour  provoquer l’arrêt de la croissance des rameaux, accélérer et resserrer la véraison. La sécheresse a perduré jusqu’au 20 septembre où on a commencé à constater des blocages de maturation dans les jeunes parcelles sur les sols sensibles. Du 21 au 27 septembre des pluies importantes (50 à 60 millimètres) sont arrivées à point nommé pour relancer la maturation".

Sancerre 5:2012.jpg

Sancerre, mai 2012 (Photo (c) H. Lalau)

La maturation

"Les conditions de maturation ont été très favorables. La sécheresse a permis la concentration en sucres. Cette évolution a été stoppée par les pluies des derniers jours de vendanges. Les nuits fraîches ont préservé le charnu et l’acidité (teneurs élevées en acide tartrique et normales en acide malique) tandis que les arômes se sont développés lentement et tout en finesse. L’ensoleillement a été bénéfique pour la couleur et les tanins des rouges, mais également pour les arômes.
Grâce aux peaux épaisses, l’état sanitaire est resté excellent, ce qui a laissé toute la sérénité nécessaire aux vignerons pour attendre que les raisins soient bien mûrs".

Les vendanges

"L’étalement de la floraison s’est retrouvé à la maturité. Reuilly a entamé la campagne le 15 septembre par les pinots gris. Les parcelles les plus précoces de Sancerre étaient récoltées dès le 20 septembre mais c’est le premier octobre que les vendanges ont véritablement débuté sur l’ensemble des vignobles du Centre-Loire.
Le suivi précis des maturations technologique, aromatique et phénolique, parcelle par parcelle, est aujourd’hui bien ancré. Aussi, de nombreux vignerons ont récolté de façon discontinue, en cohérence avec les différences d’évolution des terroirs."

Premières impressions du millésime

"Les vins affichent une plénitude et une concentration remarquables. Les bouches ont de superbes expressions, avec des équilibres différents selon la date de vendange : les premiers raisins récoltés donnent des vins plus incisifs, puis au fur et à mesure de la maturation, le gras se développe et s’amplifie.
Les blancs exhalent de superbes arômes. Bien ciselés, ils sont à la fois délicats et complexes. Les nuances de fleurs blanches et de fruits frais dominent. Elles peuvent être agrémentées de notes épicées ou de subtiles touches végétales. Dotés d’une grande pureté, les blancs ont à la fois de la fraîcheur et du charnu.
Les rouges montrent des robes profondes, rubis plus ou moins nuancées de violet. Avec les extractions douces qu’on pratique aujourd’hui, leurs tanins sont mesurés. Le fruité gourmand des raisins se retrouve dans les vins dont la bouche, en fonction des origines, est dense à séveuse."

18:06 Écrit par Hervé Lalau dans France, Loire | Tags : sancerre, centre loire, roumet, 2012 | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

30 octobre 2012

Fines Bulles de France AOC sur la toile

L'association Fines Bulles de France AOC, qui regroupe douze acteurs majeurs de la bulle AOC en France, a maintenant son site internet:

http://finesbullesdefrance.com/

Voici la présentation qui figure en page d'accueil:

 "L’Association des FINES BULLES DE FRANCE AOC a pour vocation de faire découvrir la qualité et la valeur des Vins Effervescents d’Appellation d’Origine Contrôlée. Véritable ambassadeur de cette famille de vins, l’Association met en avant au travers de ses initiatives la richesse et la diversité de ces terroirs ainsi que le travail et la passion des vignerons qui les représentent.

Fière de promouvoir la grande qualité de ces vins, elle a à cœur d’exposer précisément les méthodes spécifiques d’élaboration qui les différencient d’autres effervescents : issues de chartes de production strictes et exigeantes liées à chaque AOC, ces méthodes traditionnelles garantissent depuis la vigne jusqu’à l’étiquetage des bouteilles en passant par les étapes de fermentation une finesse et une complexité de saveurs qui font toute la valeur de ces vins particulièrement appréciés par les connaisseurs.

 

 L’Association des FINES BULLES DE FRANCE AOC réunit 12 Maisons qui défendent les valeurs de l’AOC par un travail rigoureux et qualitatif. Elle s’investit sans cesse dans la formation et l’éducation des acteurs de la filière pour une meilleure connaissance de ce marché, et pour faire reconnaître les vins effervescents AOC comme une véritable famille de produits. Ces douze Maisons renommées pour la qualité de leurs vins effervescents AOP sont : ACKERMAN, ANTECH, VEUVE AMBAL, BLANC FOUSSY, GRATIEN & MEYER, CHATEAUMONCONTOUR, JAILLANCE, LOUIS DE GRENELLE, LOUIS BOUILLOT, UJVR, SIEUR D'ARQUES, WOLFBERGER.

Ensemble, les 12 Maisons commercialisent plus de 48 millions de cols dans le Monde".

Et non, les bulles de ces 12 maisons ne passent pas dans un tamis!

10:58 Écrit par Hervé Lalau dans Alsace, Bourgogne, France, Languedoc, Loire, Midi, Rhône | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |