07 décembre 2012

Henri Bourgeois choisit la capsule à vis... en France aussi

La maison Henri Bourgeois vend à présent son «Petit Bourgeois» (IGP Val de Loire) sous capsules à vis, et ce dans les trois couleurs. L’entreprise a opté pour la Stelvin Lux du fabricant Amcor, un modèle sans pas de vis apparent dont la présentation est proche d’un bouchon classique. « Nous répondons à la demande des marchés nordiques, très friands de ce type d’obturateurs, explique t-on au sein de l’entreprise.Il exclut également le goût de bouchon. » Les bouteilles obturées avec ces capsules sont à rotation rapide et affichent un prix public de 6,50 €.

Henri-Bourgeois_medium.jpg

Bourgeois diffuse déjà depuis longemps ses sauvignons néo-zélandais (Clod Henri) avec ce type de bouchage. Sans oublier ses Sancerre, mais uniquement à l'exportation.

Les professionnels français et étrangers pourront se faire une idée dès le prochain salon des Vins de Loire, du 4 au 6 février prochain. Quant à moi, ma religion est faite (j'ai pu déguster quelques vins de Bourgeois à Sancerre sous les deux bouchages): la capsule à vis, c'est l'avenir.

www.henribourgeois.com

00:00 Écrit par Hervé Lalau dans France, Loire | Tags : bourgeois, vin, loire, capsule à vis, bouchage, nouvelle-zélande, sancerre | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

18 novembre 2012

Touraine-Oisly, naissance d'une appellation

Voici quelques semaines, j'ai assisté à la présentation du premier millésime de Touraine Oisly. Une nouvelle mention au sein de l'AOC Touraine.

Nous sommes entre Loire et Cher, ces vins là ne font pas de manière; il ne s'agit pas d'une aire d'un seul tenant, avec une frontière, un périmètre. Non, à Oisly, la délimitation est parcellaire. Concrètement, cela signifie que chaque vigneron propose une ou plusieurs parcelles, les réclame pour la mention. Jusqu'à présent, seuls 20 ha ont été acceptés!

En Touraine Oisly, ne sont autorisés qu'une seule couleur, le blanc, et un seul cépage: le sauvignon blanc. Pour les vignerons, ce choix est justifié par l'histoire: le cépage est attesté dans la zone depuis les années 1920. Plus tard, bien plus tard, à partir des années 1980, la cave coopérative de Oisly et Thésée a contribué à le populariser, jusqu'en Europe du Nord.

Le choix se justifie aussi par les sols: sableux en surface (nous sommes dans un ancien désert!) et argileux en dessous, ils conviennent bien au sauvignon, qui n'aime pas trop le stress hydrique. La maturité arrive lentement, les arômes sont préservés.

 

Oisly.JPG

Quelques fiers vignerons de Oisly en situation.

Celui qui retrouve Dominique Barbou gagne toute ma considération

Le cahier des des charges encadre les rendements (60 hectos/hectare, contre 65 en Touraine simple), mais aussi l'élevage: les vins doivent rester sur lies jusqu'au 30 avril suivant la récolte. Un profil organoleptique a été défini (agrumes, fruits exotiques, fraîcheur et volume grâce à l'élevage sur lies). L'adéquation des vins par rapport à ce profil est contrôlée par une dégustation à l'aveugle et sans débat, qui regroupe 5 jurés minimum (tous vignerons de l'appellation). Un système de points de pénalité permet de recaler les produits présentant trop d'écarts par rapport à la norme souhaitée.

A titre de (bon) exemple; voicI un vin qui m'a particulièrement séduit.


Domaine des Corbillières 2011 Cuvée Fabel Barbou

Une cuvée à la mémoire du grand père Fabel, qui aurait introduit le sauvignon en Touraine.
Joli fruit frais au nez - cédrat, pomelo; bouche fraîche, fumée, assez longue, fruits jaunes en finale. C'est mûr, c'est gourmand. Fermons les yeux, on pense à Quincy... bien plus qu'à la Nouvelle-Zélande. Comparaison n'est pas raison, bien sûr.

Plus d'info: contact@domainedescorbillieres.com

Un point plus complet sur le cuvées dégustées paraîtra dans un prochain In Vino Veritas.

05:31 Écrit par Hervé Lalau dans France, Loire | Tags : lore, vin, aoc, touraine-oisly | Lien permanent | Commentaires (8) | | | |