09 juillet 2013

Deux Chinon de Baudry-Dutour

De Baudry-Dutour, à Chinon, je connaissais seulement le Château de la Grille, déjà évoqué ici à plusieurs reprises (et dont le retour au top se confirme - comme le loup, il sort du bois).

J'ai pu récemment déguster deux autres vins de la même maison, deux propriétés qui complètent la galaxie de leurs Chinon: Domaine du Roncée (Cuvée des Maronniers 2011) et Domaine de la Morandière (Cuvée Vieilles Vignes 2012).

Non, je galèje, il y en a un troisième, le Château de Saint-Louans, mais là, pas de chance, ma bouteille était bouchonnée.

 

IMG_2634.jpg

J'ai donc courageusement décidé de me limiter aux deux autres bouteilles, et de laisser l'analyse du liège pour une autre fois (et dire que Baudry-Dutour fait aussi des vins sous capsule!).

Et puisqu'on se dit tout, sur ce blog, je vais vous détailler ma méthode.

J'ai décidé de partir de zéro. Le plus proche de la situation du consommateur qui découvrirait ces deux bouteilles chez son caviste ou à la propriété. Voire chez Laurent, le jour où M. Mauss organisera un spécial Chinon. A l'aveugle, quoi!

J'ai donc fait l'impasse sur la situation des vignes, sur le micro-terroir. Tout cela est très bien décrit sur le site de Baudry-Dutour, mais je ne voulais pas que cela puisse m'influencer.

Mon idée était de rechercher les similitudes et les différences, de faire la part du terroir et celle de la patte du vinificateur au travers de la dégustation, et de la dégustation uniquement. L'exercice était délicat. Peut-être même impossible. Voire idiot.

En tour cas, j'ai échoué.

Evidemment, il y avait l'effet millésime: le 2012 m'a paru plus léger.

Par ailleurs, il y a l'effet bois - mieux fondu actuellement dans le 2011, mais ça pourrait changer.

Mais surtout, je placerai la bouteille du Domaine du Roncée dans une autre catégorie. Pour moi, c'est un peu l'archétype du beau Chinon. A la fois affriolant et sérieux, si vous voyez ce que je veux dire (je vous fais un prix sur les paradoxes).

Séduisant par son nez encore très jeune de fruits noirs et d'épices douces, par sa vivacité en attaque de bouche, et presque austère (de bois) en bouche - tannins présents mais lisses, belle ampleur. Retour du fruit (cassis, mure, reglisse en finale). Une texture veloutée avec ça et là quelques aspérités, quelques courbes girondes. Je n'ai pas dit girondines. Bref, la sensation d'avoir fait un beau voyage (saluez Du Bellay de ma part)! et de rentrer au port, dans cette douceur presque angevine de l'entre Loire et Vienne.

En comparaison, la Domaine de la Morandière 2012, pourtant plus jeune, m'a semblé plus fermé, plus plat, moins structuré aussi. Pas moyen de "rentrer" dans ce vin.

J'aurais aimé pouvoir expliquer ça par l'effet terroir, mais à la lecture des fiches, après coup, je m'aperçois que les deux domaines, contigus, ont été réunis en 1984.

Je laisse aux érudits de village le soin d'expliquer en quoi ils peuvent bien se distinguer l'un de l'autre.

Pour moi, ils se distinguent facilement: l'un me plaît, me parle, me séduit. L'autre pas. Aujourd'hui, en tout cas.

C'est ça sans doute qu'on appelle la magie du vin. Ou bien alors, c'est moi.

J'ai l'impression de n'avoir rien prouvé du tout. Mais je n'ai pas perdu mon temps: j'ai dégusté un beau vin.

Et vous savez quoi? Maintenant, je vais même le boire!

12:33 Écrit par Hervé Lalau dans France, Loire | Tags : chinon, loire, baudry-dutour | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |

05 juillet 2013

Le Clos des Châteliers, à Amboise ou la transmission du patrimoine culturel viticole

Avec mon confrère de l'ANEV Marc Olivier, je suis à l'origine du Prix René Renou.

Ce prix annuel, faut-il le rappeler, récompense un projet oenotouristique réalisé à l'initiative d'une collectivité locale ou régionale.

Cette année, pas moins de 17 projets ont été déposés. Est venu à présent le moment de la sélection - toujours délicate.

Sans préjuger en rien du choix des autres jurés - ni même donner une indication sur mon propre choix, je voudrais aujourd'hui mettre en avant l'initiative dite 'du Clos des Châteliers", à Amboise.

IGP8547PS9ar-1024x535.jpg

En partenariat avec la Mairie d’Amboise, les vignerons de l'association Les Vign’Amboisiennes ont réhabilité la vigne du Clos des Châteliers située juste derrière le Château royal, sur le passage de la Loire à vélo.

L'objectif était double: promouvoir l’Appellation Touraine Amboise, bien sûr, mais aussi redonner au centre historique de la ville, son identité viticole, tout en associant la population, et notamment les jeunes.

Depuis le printemps 2012, le Clos des Châteliers a fait l'objet d'ateliers pédagogiques d’initiation au monde de la vigne et du vin à destination des élèves de la classe CM1/CM2 de l’école Jules Ferry d’Amboise. Les jeunes ont ainsi pu apprendre à tailler les ceps, à ébourgeonner à la main et à labourer le sol avec un cheval de trait. Suite à ces ateliers, les élèves ont pu participer à la première vendange du Clos des Châteliers.

Cette vendange collective a rassemblé des élus locaux, des journalistes spécialisés en gastronomie et en vin, des acteurs du vin et les restaurateurs de Touraine, des propriétaires de chambres d’hôtes d’Amboise et les collaborateurs des Vign’Amboisiennes.

Au delà du Prix Renou, je trouve qu'il faut encourager ce genre d'initiatives. La vitiiculture ne doit pas devenir comme une langue morte, un simple héritage, elle doit se transmettre aux jeunes générations, elle doit intéresser le plus grand nombre, au sein des communautés vigneronnes et par delà.

J'ai eu le plaisir de participer, il y a une douzaine d'années, aux vendanges de la Vigne des Enfants de Banyuls, et j'en ai gardé un souvenir ému. Avec votre aide, amis lecteurs, vignerons, journalistes ou oenophiles, nous pouvons développer de nouveaux projets de ce type, les élargir à d'autres régions, à d'autres communes. Peut-être aussi leur donner plus de retentissement.

Comment? Mais en sensibilisant qui, vos élus locaux, qui vos vignerons, qui vos instituteurs, qui vos rédacteurs en chef...

Je compte sur vous.

Plus d'info: http://vigneronsamboise.com/

00:19 Écrit par Hervé Lalau dans France, Loire | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |