07 avril 2014

Best of Sauvignon: Decanter renvoie France et Nouvelle-Zélande dos à dos

On peut discuter du concept - les partisans du terroir sont souvent réticents à ce qu'on réunisse des vins d'un même cépage pour les comparer, les noter et les classer. Mais dans le monde anglo-saxon, où le cépage est la clef d'entrée obligée, c'est monnaie courante. Aussi, Decanter n'a pas hésité à opposer des sauvignons de Sancerre, de Pouilly, de Menetou-Salon et de Marlborough. C'est ICI

Résultat: mitigé. Les deux meilleurs, avec 18,5/20 sont Dog Point Section 94, un Marlborough de 2010 et le Silex 2011 de Dageneau, un Pouilly Fumé. On trouve 5 vins notés 18 côté français (Tracy, Mellot, Boulay, Pinard, Vacheron), un seul côté Néo-zélandais (Cloudy Bay Te Koko 2011), mais à peu près autant de 17,5 des deux côtés.

Bref, ce n'est pas cette sélection qui départagera les deux grands pays du Sauvignon - pour autant que la France se considère ainsi, elle qui rechigne souvent à mettre en avant ses cépages. Au fait, il n'y avait aucun Pessac-Léognan dans la dégustation? Je n'en ai pas trouvé la trace.

00:20 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, Loire, Nouvelle-Zélande | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

06 avril 2014

Poésie d'un mousseux de Touraine: Monmousseau Cuvée JM Rosé

Pas toujours facile de s'y retrouver dans les bulles de la Loire. Grosso modo, Il y a une appellation régionale, le Crémant de Loire, deux appellations communales, Vouvray et Montlouis, et deux appellations entre les deux, Saumur et Touraine.

Ne me demandez pas le pourquoi du comment: il y a plein de raisons, aussi imparables les unes que les autres: la tradition, l'histoire, la départementalisation. Le résultat n'est guère probant: c'est une belle confusion. Alors autant se repérer à la marque. Monmousseau, par exemple.

photo.JPG


Sise à Montrichard, cette jolie cave s'adosse à la falaise de tuffeau - plus tourangeau que ça, tu meurs.

La Cuvée J.M., qui existe en blanc et en rosé (celle que je vous présente aujourd'hui), rend hommage à Justin-Marcel Monmousseau, le neveu du fondateur, et celui qui a lancé la champagnisation à la cave. La cuvée est issue de Cabernet Franc et de Gamay.

Franc, le vin l'est, sans aucun doute, qui déverse d'emblée sa corbeille de fruits rouges (groseille, cerise, framboise); la bouche est fraîche, vive, élégante; se dégage de l'ensemble une impression de légèreté. Peut-on parler de gourmandise aérienne? Juste pour cette fois, on répondra oui, car le vin, comme la poésie, ne souffre guère de lois. D'ailleurs, le vin, parfois, c'est de la poésie.

Ce n'est pas votre tasse de thé? Je ne vous retiens pas plus longtemps.

Info: Monmousseau

00:27 Écrit par Hervé Lalau dans France, Loire | Tags : monmousseau, touraine, rosé, mousseux | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |