21 janvier 2015

Balzac, retour à Moncontour

Je vous au déjà parlé du grand amour de Balzac pour sa Touraine et pour le vin de Vouvray, amour qui transpire notamment dans les pages du Lys dans la Vallée (dont Vouvray est le décor), La Peau de Chagrin ou encore, L'Illustre Gaudissart.

Mais j'ignorais q'un autre roman de Balzac, La Femme de Trente Ans (1842), y était également situé.

C'est une étiquette de Vouvray qui me l'apprend - comme quoi le vin est bien un produit de culture!

Une bouteille du Château Moncontour, pour être précis.

balzac,art et vin,montcontour

Un château dont Balzac dit ceci: "C’est un de ces petits châteaux de Touraine, blancs, jolis, à tourelles sculptées, brodés comme une dentelle de Malines ; un de ces châteaux mignons, pimpants, qui se mirent dans les eaux du fleuve avec leurs bouquets de mûriers, leurs vignes, leurs chemins creux, leurs longues balustrades à jour, leurs caves en rocher, leurs manteaux de lierre et leurs escarpements. Les toits de Moncontour pétillent sous les rayons du soleil, tout y est ardent".

Dans une lettre de 1846, l'auteur déclare même vouloir s'y installer, "au moins pour dix ans". Pour lui, pas de doute, "Moncontour a ma prédilection".

Et le vin?

Les descriptions du Vin de Vouvray que nous fait Balzac ne correspondent guère à un effervescent, plutôt à un moelleux. Rien d'étonnant: la bulle n'arrive à Vouvray que dans l'Entre deux Guerres, avec M. Hamm. Alors qu'elle est déjà installée à Saumur depuis 1811. Le génial romancier aurait donc pu boire du mousseux de M. Ackerman, mais pas de Moncontour.

Dommage pour lui. On le boira quand même à sa santé, ou à sa légende. Sur la fraîcheur et sur le fruit blanc, sur le crémeux et sur le plaisir simple, en pensant à cette belle et noble Touraine.

Vous reprendrez bien un peu de culture?

00:00 Écrit par Hervé Lalau dans France, Loire | Tags : balzac, art et vin, moncontour, vouvray, touraine | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

18 janvier 2015

Valençay, ça vous dit?

Valençay présente la particularité assez unique d'être à la fois le nom d'un château, d'une AOP de fromage de chèvre, et d'une AOP de vin. Si vous en voyez d'autres, faites-le moi savoir.

Le château, je vous l'avoue, je ne l'ai jamais visité - c'est sans doute un tort, car il a l'air intéressant; le fromage, je n'en ai pas mis souvent à ma table, n'étant pas un grand amateur de chèvre; quant au vin, je crois bien que c'est la première fois que j'en bois - vous voyez, même à mon âge, j'ai encore pas mal de lacunes.

A la décharge, cette AOP n'étant affiliée ni à Interloire, ni au bureau des Vins du centre, sa visibilité pour nous, professionnels, est assez limitée. 

valençay

C'est là un des hics de ce métier: bien sûr qu'on aimerait parler de tout et de tous, pourvu que le vin soit bon. Bien sûr qu'on aime faire découvrir des choses moins connues. Mais il n'y a que 365 jours par an, et le temps passé à déguster les vins de ceux qui sont proactifs ne vous en laisse pas beaucoup pour les autres.

Ce vin, par exemple, ne m'a pas été envoyé, ni conseillé, je n'en avais même jamais entendu parler; je suis tombé dessus par hasard chez Monoprix, je l'ai acheté moi-même, pour voir, pour boire, pour ne pas mourir idiot.

Mais assez parlé de moi.

Valençay se trouve dans le nord de l'Indre, mais l'aire de production des vins déborde un peu sur le Loir et Cher, aux alentours de Celles-sur-Cher - tiens, encore un fromage de chèvre! C'est là que se trouve le Claux Delorme, un domaine de 14 ha où l'on vinifie aussi de l'AOP Touraine. En 2004, Les propriétaires, M et Mme Minchin, déjà vignerons à Menetou Salon, ont eu le coup de foudre pour ce petit coin de campagne entre Boischaut Nord et Sologne. 

L'AOP regroupe une vingtaine de producteurs; elle couvre 165 ha. Les sols comprennent des argiles à silex, mais aussi des sables.

Longtemps surtout dévolue au rouge (gamay et côt, essentiellement), elle a vu la part du blanc progresser ces dernières année. C'est d'ailleurs un blanc que je vous présente aujourd'hui, un sauvignon de 2013.

J'ai apprécié  ce vin pour son côté tranchant; si vous aimez le gras, l'opulence, vous serez peut-être déçu, mais si vous aimez la fraîcheur, le jus de citron, la rose, le litchi, voire une pointe d'amertume en finale, et si vous n'avez pas d'allergie particulière vis-à-vis des sauvignons qui sauvignonnent (bonjour, Marc!) ce vin est pour vous. 

Servez-le accompagné des plats en sauce, ou naturellement onctueux, et il fera très bien l'affaire. 

00:22 Écrit par Hervé Lalau dans France, Loire | Tags : valençay | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |