24 janvier 2015

Robert et Marcel

Robert & Marcel, c'est le nouveau nom de la Cave de Saint Cyr.

Une coopérative fondée en 1957 et qui, depuis ses origines, possède la caractéristique originale de ne pas demander à ses adhérents l'exclusivité de leur récolte. Moyennant quoi, bon nombre d'entre eux sont à la fois coopérateurs et caves particulières. Une formule qui contribue dans doute à la cohésion de l'appellation Saumur-Champigny - la principale production de la coopérative, qui élabore aussi des cuvées de Saumur rouge, blanc et effervescent, de Cabernet d'Anjou, et de Coteaux de Saumur.

La cave rajeunit régulièrement son outil de production, les vinifications gagnant en précision au passage - ainsi que du fait d'une meilleure connaissance des parcelles.

IMG_5325.JPG

Saumur Champigny Les Arpents 2013 

Griotte et cassis au nez, la bouche prolonge la gourmandise, on adore!

Saumur Champigny Les Vilaises 2013

Un de ces fameux « Lieux-dits» que la cave coopérative met en avant depuis plusieurs années déjà  - ici, un terroir calcaire, plutôt précoce ; ceci, plus une macération plus longue, aboutit à un vin plus tannique, plus extrait, mais toujours fruité ; une bonne mâche, et une belle acidité.

Saumur Champigny Les Vignoles 2013

Sol plus profond sur la craie vendange plus tardive; Pas mal de fruit, mais petite matière.

Saumur Champigny Millésime 2011 rouge

Très joli fruit noir et rouge au nez, des épices;belle matière, du cuir, du moka, des tanins très ronds. 

 

00:00 Écrit par Hervé Lalau dans France, Loire | Tags : cave de saint cyr en bourg | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

21 janvier 2015

Balzac, retour à Moncontour

Je vous au déjà parlé du grand amour de Balzac pour sa Touraine et pour le vin de Vouvray, amour qui transpire notamment dans les pages du Lys dans la Vallée (dont Vouvray est le décor), La Peau de Chagrin ou encore, L'Illustre Gaudissart.

Mais j'ignorais q'un autre roman de Balzac, La Femme de Trente Ans (1842), y était également situé.

C'est une étiquette de Vouvray qui me l'apprend - comme quoi le vin est bien un produit de culture!

Une bouteille du Château Moncontour, pour être précis.

balzac,art et vin,montcontour

Un château dont Balzac dit ceci: "C’est un de ces petits châteaux de Touraine, blancs, jolis, à tourelles sculptées, brodés comme une dentelle de Malines ; un de ces châteaux mignons, pimpants, qui se mirent dans les eaux du fleuve avec leurs bouquets de mûriers, leurs vignes, leurs chemins creux, leurs longues balustrades à jour, leurs caves en rocher, leurs manteaux de lierre et leurs escarpements. Les toits de Moncontour pétillent sous les rayons du soleil, tout y est ardent".

Dans une lettre de 1846, l'auteur déclare même vouloir s'y installer, "au moins pour dix ans". Pour lui, pas de doute, "Moncontour a ma prédilection".

Et le vin?

Les descriptions du Vin de Vouvray que nous fait Balzac ne correspondent guère à un effervescent, plutôt à un moelleux. Rien d'étonnant: la bulle n'arrive à Vouvray que dans l'Entre deux Guerres, avec M. Hamm. Alors qu'elle est déjà installée à Saumur depuis 1811. Le génial romancier aurait donc pu boire du mousseux de M. Ackerman, mais pas de Moncontour.

Dommage pour lui. On le boira quand même à sa santé, ou à sa légende. Sur la fraîcheur et sur le fruit blanc, sur le crémeux et sur le plaisir simple, en pensant à cette belle et noble Touraine.

Vous reprendrez bien un peu de culture?

00:00 Écrit par Hervé Lalau dans France, Loire | Tags : balzac, art et vin, moncontour, vouvray, touraine | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |