12 février 2015

L'environnement de Grenelle

Voici un de mes vins préférés lors de la dégustation des quelque 55 Crémants de Loire et de Saumurs organisée par Interloire pour Les 5 du Vin à Angers, la semaine dernière: le Saumur Brut Louis de Grenelle Grande Cuvée.

IMG_5400.jpg

J'ai aimé sa bulle abondante mais fine, son nez très riche (pomme, coing, abricot bien mûr), sa bouche vive et bien sèche où surnagent des notes de miel, de noix et de pain chaud; son côté crémeux, aussi. C'est à la fois plaisant et typé. Je veux dire en cela que ça ne ressemble ni à un Champagne, ni à un Crémant de Bourgogne, de Limoux, d'Alsace, de Die, de Bordeaux ou d'ailleurs.

Les bonnes bulles de Saumur semblent parfois vivre dans l'ombre du Crémant de Loire et de son international Chardonnay; le Chenin vaut pourtant le détour. En plus, il était là avant.

La Maison Louis de Grenelle est une des plus anciennes de Saumur; toujours indépendante, elle est aujourd'hui dirigée par Françoise Flao, qui manifestement, a su préserver son esprit de famille, et son bel environnement.

Plus important, c'est un peu de tout ça que l'on retrouve dans le verre; un certain équilibre, un raffinement, le sens du détail et l'ancrage dans ce joli coin de Loire. Le bon goût, tout simplement.

louis de grenelle,saumur

 

Plus d'info: Louis de Grenelle

 

07:16 Écrit par Hervé Lalau dans France, Loire | Tags : louis de grenelle, saumur | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

04 février 2015

Château du Cléray Muscadet de Sèvre et Maine sur Lie 2014

En Muscadet, l'été indien de septembre 2014 a sauvé un millésime bien compromis par l'autre été, le vrai, particulièrement pourri (au sens propre comme au figuré). 

Au Château de Cléray, il a fallu trier; la récolte a donc été assez faible, "mais ce qui restait était beau", nous dit Pierre-Jean Sauvion, l'oenologue du domaine, rencontré au salon des Vins de Loire, hier, à Angers.

La preuve dans le verre, avec un vin tiré pour l'occasion; un jeunot qui, certes, sort tout juste de son lit (ou plutôt de ses lies), mais qui promet déjà beaucoup.

Très fin au nez, il présente des notes florales très élégantes (chèvrefeuille?), mais aussi pas mal de fruit (pomme et poire, surtout), qui se poursuivent en mode mineur en bouche, accompagnés d'épices. La finale est assez grasse, légèrement beurrée, mais aussi saline; et pour tout dire, elle appelle au deuxième verre.

Comme le dit Pierre-Jean Sauvion: "Le melon est le plus grand cépage du monde; et comme toutes les stars, il ne se donne pas d'emblée, il faut aller chercher sa complexité". 

FullSizeRender.jpg

13:45 Écrit par Hervé Lalau dans Loire | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |