29 septembre 2008

Peu de Muscadet en 2008

Alors que les vendanges sont presque terminées, au moins pour les cépages blancs, on s'attend à une petite récolte en Pays Nantais. Le Muscadet, comme l'explique mon copain Jim Budd (le plus ligérien des wine writers britanniques), a été sévèrement touché par le gel d'avril, au point que la récolte ne devrait pas dépasser un tiers de la moyenne des 10 dernières années. Les rendements par hectare sont de l'ordre de 20 hl/ha.

Le bon côté des choses, c'est que comme les récoltes 2006 et 2007 étaient déjà assez faibles, l'apurement des stocks excédentaires est en bonne voie.

Plus d'info (en anglais): http://jimsloire.blogspot.com/

06:48 Écrit par Hervé Lalau dans Loire | Tags : vin | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

19 septembre 2008

Deux témoignages sur Didier Dagueneau

Les hommages à Didier Dagueneau sur succèdent un peu partout sur la blogosphère. Je voudrais en reproduire ici deux, qui cernent assez bien le grand bonhomme de Saint Andelain.

D'abord quelques lignes du blog d'Hervé Bizeul, qui, en sa qualité de journaliste, bien avant d'être aux commandes du Clos des Fées, avait interviewé Didier Dagueneau, jeune vigneron déjà catalogué rebelle à l'époque. Le thème était la taille de la vigne.

"Je me souviendrai toute ma vie de Didier m'expliquant l'incompatibilité entre quantité et qualité. « Tu vois, si tu coupes là, tu fais du bon vin. Et si tu coupes ici, tu t'achètes un studio à Courchevel». Entre les deux, deux yeux, à peine quelques centimètres. Je ne crois pas avoir jamais entamé une campagne de taille chez moi sans penser à cette image".

Le post complet sur http://www.closdesfees.com/blog2/

 

2867546084_ca0239959c

 

Et puis ces quelques mots touchants de Jacky Rigaux, trouvés sur le blog de François Mauss. Rigaux, Bourguignon amoureux de la Bourgogne, est l'auteur de nombreux ouvrages sur le vin (notamment sur Pouilly), mais aussi un ami proche de la famille Dagueneau:

"C'est chez Didier que j'ai vu le premier dynamiseur biodynamique, mais  Didier n'était d'aucune école comme il aimait à dire, lui qui, sur son  papier à entête mentionnait "Ancien Elève de Maternelle". C'est lui qui  a relancé l'élevage en fût, plus précisément en "tonne", le fût de 500 litres d'antan. C'est lui qui a retrouvé le chemin des rendements  modérés... au cep, et non à l'hectare, c'est lui qui a relancé les  vendanges manuelles. C'est lui qui a relancé une viticulture locale "par climats"...

Il a réveillé le terroir de Pouilly, et Sancerre le voisin en a profité. Il a largement contribué au réveil des terroirs du monde. Il aimait transmettre, et regrettait de n'avoir pas fait école à Pouilly même... Nul n'est prophète en son pays".

 

 

08:05 Écrit par Hervé Lalau dans Loire | Tags : vin | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |