29 juin 2015

Couly Dutheil Chinon Blanc Les Chanteaux 2014

 

Un Chinon blanc? Oui, ça existe, comme le loup du même nom (le blanc représente environ 1% de la production de l'AOP); et même, ça gagnerait à être mieux connu. 

Avec cette cuvée Les Chanteaux, la maison Couly-Dutheil, bien connue pour son Clos de L'Echo, prouve ici sa maîtrise du pâle. Sacré Chenin qui bien souvent, tire le meilleur de chaque type de sol! Ici, du calcaire.

Son nez est tellement gourmand, riche et miellé que je pensais déjà à un liquoreux; et pourtant, non, c'est sec - ou peu s'en faut, je n'ai pas l'analyse. Mais gras.

Coing, pomme verte, abricot, fleurs blanches, c'est un festival d'arômes estivaux au nez; la bouche est  nerveuse, pleine de sève, et finit en beauté sur une note de pierre à fusil. Un vin que je qualifierai à la fois d'enjoué et de capiteux.

IMG_6545.JPG

Le dessin sur l'étiquette résolument surannée évoque Saint Louans guérissant les maladies. Le bon saint a donné son nom à un prieuré à Chinon, et à une maison de retraite. Mais n'anticipons pas! Cette cuvée, quant à elle, m'a guéri d'une épouvantable sécheresse en bouche, et, à défaut de l'ultime sérénité de la contemplation ou du grand âge, m'a donné quelques belles minutes de félicité.

10:32 Écrit par Hervé Lalau dans France, Loire | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

20 juin 2015

Le Soleil Nantais des Frères Guilbaud

Vieille famille vigneronne du pays nantais, les Frères Guilbaud (la troisième génération est aux commandes) ont leur cave au lieu dit Beau Soleil, à Gorges. Pas étonnant, dès lors, qu'ils aient baptisé une de leurs belles cuvées du nom de Soleil Nantais.

Ce Muscadet de Sèvre assemble des jus provenant de différentes parcelles du domaine familial réparties entre Mouzillon, Vallet et le Pallet; côté sols, du schiste un peu de gneiss, un peu de gabbros. Bref, un bel aperçu des terroirs nantais.

Le vin n'a pas fait sa malo - on préfère garder un peu d'acidité.

Guilbaud © H. LALAU.jpg

J'ai apprécié ce vin pour sa nervosité; le nez évoque la pomme et la poire, un peu d'acacia et d'agrumes; la bouche révèle des épices, notamment du poivre, mais aussi, à nouveau, des agrumes (citron, cédrat confit); c'est assez mûr, concentré; en un mot comme en cent, le soleil nantais a joué son rôle.

Qui a dit que le Muscadet était un vin dilué?

Contact: Guilbaud Frères

14:08 Écrit par Hervé Lalau dans France, Loire | Tags : muscadet | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |