24 octobre 2011

Pic Saint Loup (3): Haut Lirou

A Saint Jean de Cuculles, le Domaine Haut Lirou est dans les mains de Jean-Pierre Rambier, qui possède également un vignoble en Costières de Nimes, le Mas du Notaire. Un homme affable et discret, et qui ne manque pas d'esprit.

Au milieu d'une pinède, dans un écrin de nature, les 60 hectares de vignes s'étagent des bords du Lirou jusqu'aux premières pentes du Pic Saint Loup. Elles encerclent un ancien relais de chasse, flanqué des bâtiments de vinification, qui respectent le style et la magie du lieu. On n'est pas à Cheval Blanc.

pic saint loup,languedoc,vin,vignoble,dégustation

Au bord du Lirou

Taille courte, labours fréquents, palissage, plantations de haute densité (6000 pieds à l'hectare) sont les points saillants de la partie viticole. Au chai,  après le tri de la vendange, les parcelles sont vinifiées séparément.

Les installations sont modernes, les barriques de qualité, le vigneron modeste, tout ici respire le bon sens et le bon goût.

Mais voyons plutôt ça dans le verre.

Domaine Haut Lirou 2010 Rosé
Grenache syrah mourvèdre.
Sympa, un peu bonbon au nez, en bouche, c'est frais et rond à la fois, beau rosé de terrasse 13/20

Domaine Haut Lirou 2010 Rouge
Syrah grenache.
Très fruité, fruit rouge légèrement confituré au nez; en bouche, de la réglisse, du fumé et quelque notes végétales. 13,5/20

Mas des Costes 2009
Superbe nez d'épices de la garrigue, myrte, cade, romarin; c'est un tourbillon d'arômes qui n'en finit pas et se compléxifie dans le verre; en bouche, une sensation de velouté et de granité, renforcée par de très beaux tannins joliment fondus. Très long en bouche. 15/20
12 mois d'élevage en barriques.

photo.JPG



Esprit 2009
Un assemblage de syrah, de  grenache et de mourvèdre ide tout petits rendements (10 hl/ha) ssus de parcelles d'éboulis calcaires  sur le flanc sud du Pic.

C'est le type même du vin de conversation, comme nous dit Jean-Pierre Rambier, un vin qui a besoin d'un peu de temps à table pour bien révéler toutes ses facettes. 

Au départ, c'est fruit noir, cassis, mûre, puis on part sur le cuir, un côté plus fumé, plus viandeux aussi, des épices comme la coriandre et le thym. En bouche, ce qui frappe, la jeunesse du fruit, la belle acidité, aussi, le tout enrobé de cacao et de moka. Voila un vin puissant mais doté d'une excellente buvabilité. C'est étonnant de fraîcheur, les 6 mois de barrique sont très bien intégrés, le bois ne prend pas le pas sur le vin, il l'épice un peu. 15,5/20

PS. A noter qu'Haut Lirou accueille depuis peu des cours de cuisine basés sur les produits du terroir (aujourd'hui, c'était le gibier). Savoureusement vôtre...

pic saint loup,languedoc,vin,vignoble,dégustation

Jean-Pierre Rambier ne manque pas d'Esprit


00:25 Écrit par Hervé Lalau dans France, Languedoc | Tags : pic saint loup, languedoc, vin, vignoble, dégustation | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Le Terroir en dégustation

Mon ami et co-dégustateur d'IVV Youri Sokolow me fait parvenir ce rapport circonstancié d'une belle dégustation de son club d'oenophiles, avec comme thème, je vous le donne en mille... le terroir. Mais je cède la parole à Youri.

Qu’est-ce que le Terroir? C’est un des termes les plus difficiles à définir - au même titre que l’Amour. Eternel débat dans le monde du vin et de la dégustation. De manière cartésienne, le Terroir est l’adéquation entre le sol, la vigne et le climat. Tout cela serait très simple, mais alors comment expliquer la production de vins médiocres sur des grands terroirs et de grands vins sur des terroirs qui le sont moins? C’est là qu’intervient le vigneron ; qui aura une influence sur le sol (labours, herbicides, …), sur la vigne (taille, rendement, …) et jusqu’à ce jour pas encore sur le climat, quoique l’irrigation est permise dans certains pays et que l’imagination humaine n’a pas de limite. Ensuite interviendront la vinification et l’élevage, qui gommera ou transcendera le terroir originel, tout dépend du point de vue.
 
Au travers de cette dégustation, nous avons exploré différentes expressions du terroir. Nous avons débuté la soirée avec le Vin de Savoir Marin Clos de Pont du domaine Delalex, qui nous a offert une belle expression minérale et saline du Chasselas. Pour suivre nous avons exploré l’Alsace et le Riesling au travers de 3 crus et de 3 propriétaires sur le millésime 1995. Le Brand de Josmeyer était ample, mais manquait un peu de profondeur et de complexité. C’est sans conteste le Clos Saint-Hune de Trimbach qui nous a offert l’expression la plus minérale et la plus pure du Riesling (La plus marquée par le terroir, diront certains). Le Rangen de Thann de Zind Humbrecht fut le plus controversé, trop vinifié pour certains, trop jeune pour d’autres.

En rouge, nous avons commencé par 3 vin issus du terroir d’Aniane, sur le millésime 1998, un bel exemple de l’influence du vigneron sur le terroir originel ; au départ d’un même millésime, sur la même commune, la manière d’assembler, de vinifier et d’élever aura donné trois vins diamétralement opposés. De loin le Domaine de Grange des Pères a dominé les débats avec un vin suave, élégant et harmonieux. À l’inverse le Mas de Daumas Gassac était dur, austère, quasi imbuvable tant la charge tannique était importante. Le Plos des Baumes, du Domaine d’Aupilhac, bien qu’également très tannique, apparaissait plus harmonieux et les tannins plus enrobés.

Ensuite, nous nous sommes rendus en Italie pour une exploration de 3 terroirs au travers de 3 vinificateurs. Débat houleux autour du premier vin, le Vino Nobile de Montepulciano Grandi Annate 2006 d’Avignonesi, expression superbe de l’élégance du Sangiovese pour les uns, vin fabriqué pour les autres. Le Valpolicella Classico 2003 de Romano Dal Forno, bien que plus élevé, apparaît suave et équilibré, belle expression du potentiel de cette appellation souvent décriée. Pour terminer, le Toscana Vigna l’Apparita 2006 de Castello di Ama, un 100 % Merlot sur le terroir de Chianti, est apparu trop jeune et masqué par le bois actuellement, mais semble posséder un solide potentiel d’évolution.

Pour terminer, avec 3 vins oxydatifs, du domaine Macle, issus du terroir de Château Chalon, mais en appellation Côtes du Jura, assemblage de 80 % Chardonnay et 20 % Savagnin. Le 2007 allie jeunesse de fruit et tension, le 2001 est plus minéral et concentré, le 1998 est de loin le vin le plus complexe et le plus long.

Au cours de cette dégustation, nous n’avons pas trouvé de réponse à notre question initiale. Finalement le Terroir ne serait-il pas simplement l’Amour du bon vin ?

Le Classement des 14 vins dégustés

1.    Vin de Pays de l'Hérault Domaine de la Grange des Pères 1998        17,50/20
2.    Alsace Riesling Clos Sainte-Hune 1995 Domaine Trimbach        17,22/20
3.    Côtes du Jura 1998 Domaine Macle                    16,36/20
4.    Côtes du Jura 2001 Domaine Macle                    16,07/20
5.    Vin de Pays de l'Hérault Les Plôs des Baumes 1998 Domaine d'Aupilhac    15,75/20
6.    Alsace Grand Cru Rangen de Thann Clos Saint-Urbain Riesling 1995 Domaine Zind-Humbrecht                                 15,72/20
7.    Valpolicella Classico Superiore 2003 Romano Dal Forno            15,56/20
8.    Alsace Grand Cru Brand Riesling 1995 Domaine Josmeyer        15,50/20
9.    Côtes du Jura 2007 Domaine Macle                    15,36/20
10.    Vino Nobile de Montepulciano Grandi Annate 2006 Avignonesi        14,81/20
11.    Toscana Vigna l’Apparita 2006 Castello di Ama                14,43/20
12.    Vin de Savoie Marin Clos de Pont 2009 Domaine Delalex            14,25/20
13.    Vin de Pays de l'Hérault Mas Daumas Gassac 1998            13,00/20

Youri Sokolow

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans Alsace, Italie, Jura, Languedoc, Midi, Savoie, Vins de tous pays | Tags : dégustation, vin, vignoble, terroir | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |