27 octobre 2011

Ventes aux Enchères du Pic Saint Loup: les vins les plus cotés

La
 21ème
 Vente
 aux
 Enchères
 du
 Grand
 Pic
 Saint‐Loup
 (raison première de mon déplacement dans la région) s’est
 déroulée
 ce dimanche
 à Saint Jean de Cuculles.
 Les
 27
 lots
 uniques
 (
de
 150
 bouteilles chacun),
 présentés
 par
 Olivier
 Bompas,
 Président
 des
 Sommeliers
 du
 Languedoc‐Roussillon 
et
 Vallée
 du 
Rhône 
Sud, 
ont 
été
 vendus 
sous
 le 
marteau
 de
 Me
 Andrieu.


Pic.jpg

Le Pic au couchant (Photo H. Lalau)

Le lot individuel ayant atteint le prix le plus élévé est celui du domaine du Haut Lirou, adjugé pour 4000 euros au Comptoir des Vignes, devant le lot du Clos des Augustins, adjugé pour 3.200 euros à la Communauté de Communes du Pic Saint Loup (j'ai moi-même beaucoup apprécié les vins de ce domaine en biodynamie).

A noter que les deux lots du Président (un
 panachage
 de
 6
 bouteilles
 de
 chaque
 Cuvée)
 sont
 partis
 pour
 un montant
 global
 de
 10.
400
€,
 somme
 versée 
intégralement 
aux 
Restaurants
 du
 Cœur
 de 
l’Hérault.


Le lot n°1 a été acheté par le restaurant triple-étoilé du Clos des Cimes, à Saint Bonnet le Froid; le lot n°2 par Christian Têtedoie, Meilleur Ouvrier de France installé à Lyon.

Plus d'informatio
n :
Sarah 
Hargreaves
 
sarah.presse@orange.fr

17:37 Écrit par Hervé Lalau dans Languedoc | Tags : pic saint loup, languedoc | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Au Trinquefougasse et nulle part ailleurs

C'est une institution à Montpellier, improbable croisement entre un wine bar, un bar à tapas et un club de jazz, cela s'appelle le Trinquefougasse.
On y trinque, en effet, et on y mange - entre autres, une excellente fougasse. On peut y choisir sa bouteille ou son verre parmi un très grand choix de vins, principalement languedociens, et sélectionnés avec goût.

C'est là que j'ai passé la dernière soirée de mon périple en Pic Saint Loup.

Et comme Pascal Vallet, notre hôte de la Communauté des Communes du Grand Pic Saint Loup, est tout sauf sectaire, il nous a fait ouvrir quelques bonnes bouteilles venues du reste de l'Hérault. Outre un bon Montpeyroux de Sylvain Fadat, dont j'ai déjà eu le plaisir de vous entretenir, nous avons ainsi pu déguster un Saint Chinian Berlou de derrière les fagots, le 2005 du domaine Rimbert.
Dès le premier nez, c'est une explosion de fruit rouge, framboise Pie-Qui-Chante, d'épices douces, aussi; en bouche, c'est très enlevé, très solaire, mais avec le côté sérieux des vins de schistes; un méridional avec de la conversation, et du fond.

IMG_0641.jpgJ'ai la Berlou, ou quoi?

Et puis nous passons en Minervois La Livinière, avec la Cuvée La Féline, de la Borie de Maurel 2009
Grosse présence au nez, du fruit noir bien mûr (mais pas compoté), du cuir; ça se confirme en bouche, on a affaire à un beau bébé, robuste, genre pilier de rugueby, ça déménage un peu du côté des tannins, mais l'athlète en maillot grenat ne manque pas d'élégance et vous décoche le sourire d'une finale gagnante, une belle corbeille de fruits noirs qui vous reste longtemps au palais... des sports.

IMG_0642.jpg

La Féline: le fauve est lâché


Trinquefougasse, 1581 route de Mende F-34090 Montpellier

Tél +33 4 99 23 27 00

00:23 Écrit par Hervé Lalau dans France, Languedoc, Midi | Tags : languedoc, montpellier | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |