19 janvier 2012

Tu parles d'une Bonne Nouvelle!

Je suis tombé par hasard, hier soir, sur une bouteille de "Bonne Nouvelle". Ne dites pas "vin désalcoolisé" - il ne s'agit pas de vin, mais d'une boisson à base de vin rouge français désalcoolisé, législation oblige.

Elle est quand même rangée au rayon vin du supermarché que j'ai visité (je ne vous dis pas l'enseigne, on ne me paie pas pour faire la pub des grands distributeurs, désalcoolisés ou pas).

IMG_0722.jpg

Je n'ai pas acheté - j'ai assez de vrai vin dans ma cave pour ne pas en acheter du faux; déjà, pour le foie gras, je préfère l'original à la copie, même "sentimentalement correcte".

Mais même si j'en avais eu l'intention, je crois que la contre-étiquette m'en aurait dissuadé.

Imaginez que pour faire cette boisson à base de vin, l'UCCOAR, puisque qu'il s'agit d'elle, a été obligée d'utiliser, non seulement du bon vin du Midi, mais d'y ajouter du glycérol, et puis des arômes naturels (tiens, les raisins du Midi n'en n'ont pas assez?) et un édulcorant, le "rébodioxyde A, extrait de Stévia" -je n'aurais jamais cru qu'on puisse mettre du cactus dans du vin. Vous l'avez rêvé, UCCOAR l'a fait!

Pour le reste, c'est plus classique, gomme arabique et SO2, on en trouve également dans le vin... Souvent trop, même.

IMG_0723.jpgBon, les consommateurs lisent rarement les contre-étiquettes, alors tout ça n'a sans doute aucune importante, achèteront qui le veulent.

Les gros groupements de coopératives comme UCCOAR ont bien raison de se diversifier, les vrais vins que j'ai dégustés sur leur stand à Vinisud il y a deux ans ne m'ont pas convaincu, mais je ne suis sans doute pas dans la cible, des producteurs de volume n'ont besoin que de consommateurs de volume, et tout ira bien dans le meilleur des mondes tant qu'il en restera.

D'ailleurs, selon Uccoar, Bonne Nouvelle a vu ses ventes augmenter de +25% l'an dernier, pour atteindre 2,5 millions de bouteilles.

Voila au moins une Bonne Nouvelle pour les producteurs de cactus...

 

00:27 Écrit par Hervé Lalau dans France, Languedoc, Midi | Lien permanent | Commentaires (6) | | | |

29 décembre 2011

En parlant du Vindicateur... et de Lisson

Je fais d'une pierre (du Jaur) deux coups et vous invite à lire chez le Vindicateur ce très beau portrait d'Iris Rutz-Rudel, du domaine de Lisson.

C'est ICI

IMG_0301.jpg

Mieux vaut tard que mauvais...

Au fait Iris, j'ai bu une bouteille de ton Clos des Cèdres 2002 chez ma maman l'autre jour - oui, la caisse est restée à Paris, j'y puise quand j'y vais, pas assez souvent à mon goût.

Il faut que j'en parle, j'aurais dû le faire depuis longtemps, déjà; c'est la troisième qu'on déguste, je n'ai pas d'excuse; j'espère que tu as la patience de ton vin de patience, comme tu dis... Enfin, mieux vaut tard que mauvais.

Je crains que mon commentaire soit un peu sec, pour un vin qui inciterait plutôt à la poésie, qu'il ne lui rende pas tout à fait justice, ni à tes efforts, mais c'est ce que j'ai noté sur mon Iphone, et ce serait tricher que de changer, d'édulcorer...

"Robe très sombre; le nez s'ouvre doucement, puis carrément, sur du cassis, du moka, de la mûre très fraîche, épices énormes; en bouche, c'est dense, puissant, cuir, boîte à cigares, mais plein de vivacité. Etonnant, pour un vin qui va sur ses 10 ans! Un beau bébé, 14,8 degrés sur la balance *, mais il ne les fait pas, rien de sirupeux, rien de bodybuildé et ça finit un peu amer (cacao?), comme je l'aime".

Voila Iris, de temps à autre je pense à Olargues où j'ai passé naguère de belles vacaces sous les vieux cerisiers,  dans la garrigue, près du vieux Pont du Diable, en pleine nature. Et ton vin, c'est un peu de cette nature-là, mais aussi beaucoup de toi, que je ne connais que d'après ton blog, mais qu'un mot me semble désigner mieux que tout autre (comme ton vin d'ailleurs): sincérité.

Gesundheit!

 *Erreur de ma part, Iris me dit que c'était le degré du 2007, le 2002, lui est à 13°. Désolé.

13:49 Écrit par Hervé Lalau dans France, Languedoc | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |