21 avril 2012

Arrogant Mas... y más

Paul Mas (alias Arrogant Frog) a ses supporters, même parmi les journalistes du vin, qui apprécient chez lui une  communication directe, une approche "décontractée" du vin, et la volonté de se battre sur tous les marchés.

Il a quand même au moins un détracteur au Québec, en la personne de Marc-André Gagnon, un peu grognon pour l'occasion - mais il ne manque pas d'arguments. C'est à lire ICI

Alors je repose une question éculée: faut-il adapter ses vins au goût du consommateur ou l'informer, voire le former?

Question subsidiaire: tous les consommateurs sont-ils "bons à prendre"?

 

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans Canada, Languedoc | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

12 mars 2012

IGP Sables de (Grosse) Camargue

Vous connaissez l'IGP Sables de Camargue? Moi non plus, et pour cause: "ça vient de sortir". Ce nouveau nom remplace la mention "Vins de Pays des Sables du Golfe du Lion", née en 1982.

Le gain pour le consommateur? Aucun, à ce qu'il semble, puisque le cahier des charges reste le même; la zone de production aussi, sauf erreur de ma part.

A savoir, dans le Département des Bouches-du-Rhône: Les Saintes-Marie-de-la-Mer; dans le Département du Gard: Aigues-Mortes, Le Grau-du-Roi, Saint-Laurent-d’Aigouze, Vauvert; dans le Département de l’Hérault, enfin: Frontignan, Marseillan, Mauguio, Palavas-les-Flots, Sète, Vic-la Gardiole, Villeneuve-lès-Maguelonne.

800px-Rochelongue_048_Sète.JPG

Séte... en "Grosse Camargue". (Photo Demeester)

Je ne sais pas pour vous, mais je trouve que la Camargue vient drôlement de s'étendre, tout d'un coup.

D'autant qu'on doit ajouter à cette zone  de production des raisins une zone plus large où la vinification est autorisée; et puis une zone dite "de proximité" encore plus large, où elle est autorisée "par dérogation" (celle là s'étend jusqu'à Béziers, histoire de n'exclure aucun gros élaborateur, je suppose).

C'est bien de vouloir améliorer la notoriété du vin en s'appuyant sur un nom connu, et j'espère que ça profitera aux producteurs. Mais si c'est au mépris de la géographie, alors c'est se moquer du monde. Ce qui passait encore quand on parlait du Golfe du Lion devient ridicule quand on parle de Camargue, même au sens large. Si Sète et Marseillan sont en Camargue, alors pourquoi pas Marseille ou Cassis?

Plus généralement, je trouve dommage, quand même, que tant de modifications de cahiers des charges ne soient que cosmétiques; et surtout, qu'elles soient l'objet de si peu de contrôles.

EN IGP comme en AOC, ces mises à jour auraient pu être l'occasion de renforcer les contraintes qualitatives. Et puis, a minima, l'INAO et la Commission Européenne pourraient quand même exercer un vrai droit de regard, pour éviter qu'on tombe dans le ridicule.

Enfin, c'est mon avis.

 

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans France, Languedoc, Midi, Provence | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |