29 novembre 2012

Coups de cœur de mon jury au Challenge Millésime Bio

Un domaine a fait l'unanimité de mon jury au Challenge Millésime Bio, lundi: le Château de Caraguilhes (millésime 2011): il recueille une médaille d'or (la seule de la table) pour sa Cuvée Prestige: fruit noir, cerise de Bâle, bel équilibre en bouche, boisé bien intégré, tout y est, la structure, l'élégance, le soyeux des tannins).

Et par dessus le marché, il s'adjuge aussi une médaille d'argent pour sa Cuvée Tradition.

Caraguilhes.JPG


Voici quelques autres vins notables et médaillés à ma table (nous dégustions des Corbières et des Fitou, principalement des 2011):

-Pech Latt Cuvée Tamanova 2011: carignan-grenache-syrah-mourvèdre, pas mal d'épices, très suave en bouche).

-Domaine Baillat Cuvée Émilien Baillat 2009: réglisse, cassis, cuir épicés, le vrai Languedoc! Finale veloutée, beau travail d'élevage!

-Terroirs Vivants Cuvée de l'ancien Courier 2011: un boisé-grillé assez marqué, mais beaucoup de fraîcheur en bouche, beaucoup de classe.

-Domaine Py Cuvée Antoine 2011: concentré, cuir (syrah?), bien mûr. Entre gourmandise et puissance.

Tamanova.JPG


Contact: Caraguilhes, Pech Latt, Baillat, Terroirs Vivants, Domaine Py

06:17 Écrit par Hervé Lalau dans France, Languedoc | Tags : millésime bio, sélection, corbières | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

24 novembre 2012

Mauvais goût intégral (c'est la faute à Bruxelles)

Attention, ceci est de très, très mauvais goût. Mes excuses anticipées à la famille de la victime d'un accident bien malheureux. Je sais qu'on ne doit pas rire avec ce genre de choses. Mais c'est plus fort que moi.

Jeudi, un viticulteur gardois qui taillait ses vignes près d'Uzès a été tué d'un coup de fusil de chasse.

La dépêche AFP évoque une balle perdue lors d'une battue organisée aux environs.

 

Beretta_UGB-25-Xcel_004.jpg

 

Mais deux explications beaucoup plus plausibles viennent immédiatement à l'esprit.

A l'UMP, la querelle entre Copéziaces et Fillonaces atteint des proportions sans précédent. On ignore la tendance de la victime, mais l'élimination physique est bien dans la manière d'un parti dont certains responsables, semble-t-il, n'hésitent pas à adopter des comportements mafieux (M. Fillon le redoute, en tout cas).

Mais il y a une autre piste encore plus sordide. Non contente de vouloir tuer la vitculture de qualité avec des réformes néo-libérales (notamment la fin des droits de plantation, qui sont à la viticulture assistée l'alpha et l'omega, le parachute des sousmariniers, bref, a garantie du vin d'exception), la Commission européenne commanditerait des portes-flingues pour éliminer les vignerons dans leurs vignes, dans l'espoir de réduire le budget de ses aides.

C'est assez mesquin de sa part, non?

 

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans Europe, France, Languedoc, Pour rire | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |