06 février 2013

Dans la gamme de Bonfils

Comme bien d'autres Pieds Noirs, Jean-Michel Bonfils est arrivé d'Algérie en 1962, laissant tout derrière lui. Mais pas son courage.

Issu d'une famille de vignerons, il a trouvé un fermage près de Béziers. La suite ressemble a un conte de fées, mais représente surtout beaucoup de travail.

Aujourd'hui, son entreprise - toujours familiale - possède plus de 1.500ha en Languedoc et à Bordeaux.
Plus discrète, sans doute, que celle des Skalli, des Bertrand, des Jeanjean ou des Mas, la réussite de cette famille n'en est pas moins remarquable.

C'est le fils de Jean-Michel, Laurent, qui gère aujourd'hui l'entreprise au quotidien. Son frère Jérôme, lui, s'occupant des vignes.

vin, vignoble, languedoc, algérie, bonfils

Le vignoble de Cibadiès, à Capestang (photo H. Lalau)

À la base de ce succès, un "mix" original de clairvoyance (Bonfils a misé très tôt sur les cépages internationaux, notamment merlot, cabernet et chardonnay), de technicité (irrigation, contrôle des températures, etc) et de tradition - le groupe possède en effet de grands domaines stratégiquement placés au cœur des AOC qui comptent en Languedoc, comme le Château de Vaugelas, en Corbières, ou le Château Capitoul, à La Clape.

Une visite au domaine de Cibadiès, le centre névralgique du groupe, m'a donné l'occasion de déguster une trentaine de ses vins. Voici ceux qui ont retenu mon attention.

Cibadiès Chardonnay 2011
(élevage en cuve uniquement). Acacia, pomme golden; beau gras, de la rondeur mais sans mollesse; beau retour des fruits jaunes en finale. 14/20

Cibadiès Chardonnay 2011 Elevé en fût de chêne
9 mois de barrique bourguignonne
Camomille, pêche blanche, pain grillé, beaucoup de gras en bouche, beaucoup de générosité. Belle réussite. 14,5/20

Château de Vaugelas Corbières "Le Prieuré" 2010
Très beau fruit, griottine, une pointe d'eucalyptus; bouche ferme mais ni rustique ni dure. Sacristie, mais c'est de l'encens, en finale!  35% grenache, 30% syrah, 30% carignan, 5% mourvèdre. 15/20

vin, vignoble, languedoc, algérie, bonfils


Château Capitoul La Clape 2009
Fruit rouge très mur, groseille, quetsche, poivre noir; bouche puissante mais suave, avec pardessus, qui surnage, un fruit noir aérien. 15/20

Château Capitoul La Clape Cuvée Maelma 2005
Vin déjà évolué, notes de camphre, d'encaustique, de cacao; en bouche, du café vert, une certaine élégance mais un peu chiche au niveau du fruit. 14/20

Château de Millegrand Minervois 2011
Cassis (c'est la "marque de fabrique" de la syrah de Millegrand, un grand domaine de 200ha à Trèbes), mûre, sous bois; en bouche, c'est ample et bien souple - de la puissance, tout de même. La finale revient sur le fruit. 15,5/20

vin, vignoble, languedoc, algérie, bonfils

Autres flacons tout à fait recommandables: la Blanquette de Limoux Salasar "Carte Blanche" et le Domaine Cibaldiès Pinot Noir 2011. J'ai moins aimé: les cuvées à dominante de merlot du Domaine d'Aubaret.


00:12 Écrit par Hervé Lalau dans Languedoc | Tags : vin, vignoble, languedoc, algérie, bonfils | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

29 janvier 2013

Aurel 2008, pour le coeur et pour l'esprit

Lors de la soirée anniversaire des 30 ans des AOC du Languedoc, voici quelques semaines, je n'étais pas trop mal placé à table, entre Sylvain Fadat (Domaine d'Aupilhac, Montpeyroux) et Basile Saint Germain (Domaine Les Aurelles, Pézenas).

Pour rappel, ce dernier, installé à Nizas en 1995, est d'abord passé par Château Latour et par Cognac. Le genre de parcours qui confère un certain recul sur le métier de vigneron.

IMG_1957.jpg

Basile Saint Germain

La conversation a roulé comme les galets, sur plein de sujets passionnants - au moins pour nous.

Faut-il miser sur l'AOC ou sur la marque? Quid de la fraude et des "suceurs de roues" qui profitent de la notorité des autres? Que faire de l'agrément? Qu'est-ce que la typicité, quelle place doit-on faire pour l'exception au sein des appellations... etc, etc.

On n'a pas trouvé toutes les réponses, mais on a bien discuté...

Tout ça donne soif, et après une bouteille d'Aupilhac "La Boda 2010" (déjà commentée ici même en novembre), nous sommes passés à la cuvée "Aurel 2008", du Domaine des Aurelles.

IMG_1958.JPG

 Aurel 2008

Je n'ai pas été déçu du voyage: le nez, très fin, déborde de petits fruits noirs, de cuir, de sous bois; en bouche, j'ai noté de la résine de pin, des épices douces, pas mal d'ampleur et une finale vigoureuse, toute en tension, sapide, presque saline. Très beau vin, du genre de ceux qui réjouissent le coeur comme l'esprit. Viticulture bio.

Plus d'info: +33 4 67 25 08 34 - www.les-aurelles.com