10 juin 2013

Mise en boîte

Après le bag in box, le verre en plastique, la brique, voici la cannette. Le Figaro a l'air de le découvrir, mais j'en ai déjà bu plusieurs - notamment du Prosecco (pas bon, d'ailleurs).

Alors bien sûr, je pourrais vous la faire puriste, ouh là là, mais en déifinive, ce qui m'intéresse, plus que le contenant, c'est le type de consommation (le vin pourrait-il remplacer la vodka dans les boîtes... de nuit, et si oui, serait-ce un mal?), le public cible et la qualité de ce qu'on mettra dedans...

PHOf5ac0c60-d109-11e2-af79-dcf51f59b0c4-805x453.jpg

Le vin cité par l'article, le Corbières du Château de L'Ille, n'est pas un inconnu pour moi: il s'agit d'une propriété proche de La Clape, naguère détenue par un groupe belge d'assez mauvaise réputation, Geens. Sa spécialité, à l'époque: les mélanges d'AOC mais aussi l'aromatisation. Tout un arsenal de petit chimiste avait été saisit en Belgique par les enquêteurs, à la fin des années 90. Espérons que tout cela n'est plus que du passé... Ce n'est pas parce qu'on se vend dans les même boîtes que le cola qu'on adopte forcément les mêmes procédés de fabrication...

De toute façon, depuis 2008, le Château de L'Ille appartient à un ancien dirigeant de Canal Plus, Henri Joubaud.

Plus ICI

 

17:22 Écrit par Hervé Lalau dans France, Languedoc, Midi, Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

31 mai 2013

Autant en emporte le vent... du Minervois

Sur le blog des 5 du Vin, ICI, mon copain Michel Smith (qui fait rien qu'à s'escagasser tout seul dans son joli coin du Roussillon, ça doit être la Tramontane...) tempête contre le nouveau slogan du Minervois, dont voici l'image.

945863_10200235038292785_826849598_n.jpg

C'est vrai que c'est un peu tiré par les cheveux. On ne comprend pas trop le rapport. En plus, c'est le genre de visuel et d'accroche qui fonctionneraient tout aussi bien en Priorat, à Bandol ou dans la Barossa... Sans parler de Moulin à Vent ou de la Mancha!

Avec ce slogan, mine de rien, on vient d'inventer une notion capitale: le Terroir Aérien. C'est imparable - c'est impalpable!  Ce coup-ci, mon autre copain des 5, David Cobbold, très sceptique sur les rapports précis entre les sols et le vin, ne trouvera rien à redire.

Bref, c'est aussi vide (de sens) qu'un ciel bleu de l'été languedocien.

D'un autre côté, c'est assez honnête de la part des créatifs de l'agence qui a conçu ce magnifique slogan: "cette fois-ci, non seulement on vous vend du vent, mais on vous le dit!".

Est-ce que c'est cher payé? Il faudrait peser le vent.

Moi, ce qui m'intéresse, en définitive, c'est la météo locale. Si j'en juge par l'excellent bouquin de Jacques Kessler et André Chambaud (Météo de la France, Tous les Climats Localité par Localité, aux Editions Lattès), les vents dominants, en Minervois, soufflent du Nord-Ouest vers le Sud-Est. Ce qui fait que le meilleur du Minervois s'en va vers la Clape et les basses Corbières.

Il faudrait peut-être redélimiter les zones d'AOC?

Autant en emporte le vent...

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans Languedoc, Pour rire | Lien permanent | Commentaires (12) | | | |