02 mai 2014

Quatre as de Pézenas

A Carcassonne, lors de Millésimes en Languedoc, j'ai pu déguster une assez large sélection de vins du cru Languedoc Pézenas. Pour rappel, nous sommes au centre de l'Hérault, sous la Montagne Noire. Le cru englobe 1500 ha répartis sur 15 communes.

Un terroir assez hétérogène - ou plutôt, trois terroirs, où l'on rencontre trois grands types de sols: les schistes, le calcaire et des zones alluvionnaires, un mille-feuille hérité d'anciens volcans (d'où du basalte, de la cendre et des éboulis de cailloux noirs. La vraie cohérence, c'est plutôt dans le climat (sec) qu'il faut la chercher, et la végétation (garrigue, chêne pubescent...) qui va avec. 

Seule une petite partie de la production des caves situées sur l'aire est vendue sous le nom de Languedoc-Pézenas (environ 5.000 hl) mais cette part augmente doucement. Ce qui tend à prouver que les vignerons s'approprient peu à peu la stratégie de hiérarchisation de l'AOC Languedoc, de la valorisation par l'identité. Tant mieux, car c'est pour eux qu'elle est faite.

Voici ma moisson de coups de coeur (non exhaustive).

Les Aurelles Cuvée Solen 2009

Très élégant; le nez distille des petits fruits noirs et ses herbes de la garrigue, la bouche ses tannins superbement enrobés. On croirait qu'il y a une un élevage bois, très bien maîtrisé, et ce n'est pourtant que de la cuve. La finale laisse une sensation de plénitude. 16/20

60% carignan 40% grenache.

Millésimes en Languedoc, Pézenas

Le Conte des Floris Cuvée Homo Habilis 2010

Au nez, c'est une explosion de fruit noir et rouge. La bouche est suave et élégante, avec de très beaux tannins bien juteux, une structure solide, une bonne extraction, et pourtant une délicatesse exceptionnelle. 16/20

15% Grenache, 25% Mourvèdre, 50% Syrah. 2 ans de fûts et un an de cuve. 

Millésimes en Languedoc, Pézenas

Pech Rome Blondel Cuvée Florens 2010 

Un tout autre registre; celui du grillé, voire du goudronné. Du cacao (et pourtant, là encore, le vin n'a vu que de la cuve, pas de barrique), de la réglisse, un doigt de cassis. C'est assez charmeur aussi avec des tannins solides mais bien arrondis, une belle présence, et une petite touche de menthol qui rafraîchit la finale. 14,5/20

62% de Mourvèdre, 20% de Syrah, 18% de Grenache. 25 mois de cuve.

Paul Mas Cuvée Astelia 2012

Une cuvée haut de gamme (24 euros) pour ce négociant aujourd'hui bien connu. Et soignée. Très fruitée, légèrement camphrée, épicée, avec une pointe d'eucalyptus. De la belle ouvrage, un vin facile d'abord, le type même du vin marchand, commercial au bon sens du terme. 14,5/20

Millésimes en Languedoc, Pézenas

07:00 Écrit par Hervé Lalau dans France, Languedoc | Tags : millésimes en languedoc, pézenas | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |

29 avril 2014

Le Faugères 2011 d'Hecht & Bannier

Lors de Millésimes en Languedoc, édition 2014, j'ai repéré quelques Faugères bien sympathiques, dont celui d'Hecht & Bannier, qui fait honneur à l'appellation autant qu'à ce négociant qualitatif du Midi.

head-contact.jpg

Hecht & Bannier: les hommes

Hecht et Bannier Faugères 2011

De ce Faugères se dégage une impression de force contenue; au nez, la violette et la prune le disputent aux herbes de la garrigue et aux épices variés; sur la langue, beaucoup de vivacité malgré l'arrondi du bois (esquissé mais non dominant); la finale évoque la réglisse et la pierre à feu. Un vin complet, complexe, bien élevé, une belle trame. NB: les 2011 du Languedoc se dégustent très bien actuellement (sauf peut-être chez ceux qui ont eu la main un peu lourde en matière d'élevage en bois). 

Accord vin & mets: un gibier, un carré d'agneau rôti aux fines herbes, une viande grillée (son côté fumé/épicé fera merveille).

hecht-bannier-faugères.jpg

Hecht & Bannier: le vin (ici dans sa version 2009)

50% syrah, 20% grenache, 5% carignan, 25% mourvèdre.  Elevage: 10% en cuve, 50% en demi-muids neufs 40% en demi-muids usagés).

25 euros

Contact: contact@hbselection.com

 

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans France, Languedoc | Tags : faugères, hecht & bannier, vin, languedoc, 2011 | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |