24 septembre 2014

La Ferrandière, une histoire qui ne manque pas de sel...

Je vous ai déjà parlé de cette petite note saline qui allonge la bouche et donne envie de reprendre une gorgée de vin? Au domaine de la Ferrandière, c'est presque une marque de fabrique. 

Rien d'étonnant: les vignes sont plantées sur un ancien lac salé. Une curiosité géologique et historique - le lac a été asséché sous Louis XIV, mais il a fallu attendre la fin du 19ème siècle pour qu'il puisse être mis en valeur, après force drainages, et il a fallu lutter constamment contre les remontées de la couche de sel. Au dessus de cette couche, le sol, peu profond et argileux, doit être périodiquement noyé. 

 

IMG_4679.JPG

L'ancien étang salé de Marseillette, aujourd'hui en partie planté de vignes, vu de la Ferrandière

(Photo (c) H. Lalau 2014)

 

Ces efforts ont fini par payer: aujourd'hui, cet écosystème très particulier accueille la vigne, le riz et les pommiers.

La plupart des viticulteurs vendent leurs raisins au négoce ou à la coopération, mais pas le domaine de la Ferrandière, qui vinifie lui même la production de ses quelque 100 hectares. Une production très diversifiée (nous sommes en IGP Pays d'Oc), qui, outre les classiques merlots, sauvignon, chardonnay, cabernets, comprend aussi du Viognier, du Marselan, et même du riesling et du pinot gris.

Acquis fin 2013 par le groupe Paul Mas, la Ferrandière bénéficie toujours des soins jaloux de l'équipe mise en place par Jacques Gau, passionné de ce terroir si original.

Mais voyons ça dans le verre, avec ma sélection.

Viognier 2013

Joli nez à la fois fruité (abricot) et floral (tilleul, acacia); la bouche est fluide, élégante, et finit sur une note d'amertume minérale qui fait claquer la langue.

Chardonnay 2012

Pomme mûre, mais pas blète, poire au nez; la bouche est grasse, la finale solaire; un vin prêt à boire.

Le Grand Vin Blanc 2013

Miel d'acacia coing, poire mûre, beaucoup de gras mais aussi une bonne vivacité en bouche, quelques notes fumées, iodées et une touche de salinité en finale, ce vin complexe nous fait voyager de Bourgogne en Campanie (Lacrima Christi) en passant par l'Andalousie (j'ai pensé un instant à une Manzanilla...). Mais non, nous sommes bien en Languedoc!

IMG_4691.jpg

(Photo (c) H. Lalau 2014)

Grenache gris rosé 2013

Bonbon, sirop, une légère sucrosité, très flatteur, mais aussi bien charpenté - pas mal du tout.

Merlot 2013

Un fruité rouge plutôt compoté, quelques notes animales, avec un retour du fruit en fin de bouche. Un merlot bien mûr comme on aimerait en voir (en boire) plus.

Marselan 2013

Nez de mûre, beaucoup d'épices douces, de la réglisse, du cuir, c'est à la fois rond et typé, ample et long en bouche. Elégant. 

IMG_4686.jpg

(Photo (c) H. Lalau 2014)

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans France, Languedoc | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

22 septembre 2014

Au domaine Bassac, à Puissalicon

Les Côte de Thongue, vous connaissez? Ce sont 23 communes de l'Hérault, 1.500 ha de vignes où les cépages méditerranéens cohabitent avec les bordelais. 

Parmi ces communes, on trouve Puissalicon, vieux village occitan qui enroule ses rues au pied de son château. Et les entoure de vignobles.

côtes de Thongue, dulhon, bio, Hérault

Vue de Puissalicon (Photo Louis Delhon)

Et dans une de ces rues, on trouve le domaine Bassac, pionnier du bio languedocien (famille Delhon). Ses 80 ha de sols très diversifiés, et des multiples cépages, lui permettent d'offrir une large palette de vins au succès international. S'ils plaisent, c'est d'abord par leur équilibre.

Voici ma sélection

Bassac Sauvignon 2013

Bien variétal (pamplemousse, buis), ce sauvignon à la fois frais et mûr présente une jolie salinité en finale. 14/20

Armonia Rosé 2013

Du fruité rouge (groseille, grenadine), et bien mûr, une bonne vivacité, ne changeons surtout pas la recette. 15/20

Armonia Rouge 2013

Merlot, Grenache, Syrah, Cabernet et Carignan

Une gourmandise! Un superbe fruit rouge, complété par de beaux épices qui fait qu'on ne s'ennuie pas. De quoi séduire le néophyte autant que l'oenophile plus averti. Et il s'en produit quelques 300.000 bouteilles par an! 15/20

IMG_4732.jpg

Bassac Cabernet Franc Grenache 2013

Une cuvée assez originale - il faut dire qu'on voit rarement ces deux cépages côte à côte en France, mais il démontrent ici une belle complémentarité. Du fruit rouge compoté, des épcies, du cuit mais aussi le côté plus tranchant, presque aigrelet du cabernet franc. Il se passe quelque chose, du genre 1+1 = 3. 15/20

Bassac Je t'aime 2013

Cet assemblage au départ destiné au Japon a séduit bien au delà. Il assemble grenache cabernet franc et syrah.

Très belle attaque sur les épices, beaucoup de fruits, de fleurs aussi. Une autre façon de déclarer sa flamme... 14,5/20

Manpot Rouge 2013

Cabernet-sauvignon, merlot et syrah (seul le cabernet passe en bois) 

Très belle impression d'ensemble, un vin complet, complexe, à la fois rond et épicé, long, ample; le boisé est très bien fondu. 15,5/20

Nostalgia 2013

Pas d'assemblage, ici, mais un pur grenache.

Très rond, très mûr, du fruit rouge en veux tu en voila, de la longueur, de la puissance aussi. Que demande le peuple? Une deuxième bouteille! 16/20

Petit grain de Bassac 2013

Un muscat à petits grains vendangé et vinifié de manière à préserver l'acidité et à limiter le sucre (40g).

Le tout est très friand, très jus de raisin. Qui n'aimerait pas ce genre de vin? 15/20

IMG_4733.jpg

PS. La cave de Bassac, située au centre du village, est peu pratique; les Dulhon souhaiteraient racheter les bâtiments de la cave coopérative locale, promise à la démolition, mais se sont pour l'instant heurtés à un refus difficilement compréhensible. Ah, les belles histoires de village!

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans France, Languedoc | Tags : côtes de thongue, dulhon, bio, hérault | Lien permanent | Commentaires (4) | | | |