26 août 2015

Lo Solelh du Château Maylandie

Lors de Millésimes en Languedoc, j'avais beaucoup apprécié la cuvée Le Cabanon, un Corbières rosé du Château Maylandie. Et voici qu'une deuxième cuvée, Lo Solelh (millésime 2014), vient d'être sélectionnée par mes confrères d'In Vino Veritas.

Voici ce qu'ils nous en disent: 

La robe brillante au ton saumoné nuancé de violet offre les parfums fruités des melons charentais et des groseilles rouges, la pointe acidulée du citron jaune. La bouche s’avère d’un abord aussi aisé que le nez le laissait supposer. Sans être vive, elle s’épice petit à petit de poivre qui souligne les fruits sentis y ajoutant grains de grenade et pêche de vigne, s’agrémente d’une agréable amertume au goût de réglisse et d’écorce d’agrumes qui amplifie sa fraîcheur. Un rosé à la fois délicat et tendrement gourmand.
Pressurage direct pour la Syrah et saignée pour les Grenache et Cinsault. Prix TTC cave : 6,50€

www.maylandie.fr

Et moi, en prime, je vous montre la productrice.

IMG_6041.JPG

Qu'est-ce qu'on fait quand le Solelh tape trop fort? On s'abrite au Cabanon... (Photo (c) H.Lalau 2015)

00:43 Écrit par Hervé Lalau dans Languedoc | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

15 août 2015

Le Minervois... et moi

1990. Mon premier voyage en Minervois me fait rencontrer des vignerons sympathiques et motivés – pensez, ils viennent à peine d’obtenir l’AOC. Et je me demande pourquoi. Pas le pourquoi de leur motivation, mais le pourquoi de l’AOC, tant la plupart des vins que je déguste sont durs, rustiques, sans charme (OK, il y a heureusement de belles exceptions, Château Maris, Villerambert Julien, mais ces beaux arbres ne parviennent pas à cacher la forêt).

Mes hôtes évoquent déjà le projet de cru La Livinière. Bizarre, me dis-je: pour construire une maison, on commence par les fondations. Mais c’est un truc que je garde pour moi.

2015. Lors de Millésime & Terroirs en Languedoc, au château de Flaugergues, je goûte consciencieusement tous les Minervois présentés, et il y en a. Bonne surprise: quelques vins me procurent un plaisir fou – L’Oustal Blanc, Millegrand, Château d’Argères, Clos du Gravillas, Gourgazaud, Château d’Agel, Château Eulalie…

Avec d’autres, c’est plutôt le plaisir flou – toujours cette dureté, mais à présent, en plus, un boisé mal intégré, de la sécheresse. Serait-ce sans doute l’envie de trop bien faire? De jouer dans la cour des grands crus?

Mais comment émettre un verdict général sur une appellation aussi vaste et aux terroirs aussi variés?

Vos Minervois, vous les préférez plutôt cailloux, calcaires, argiles ou schiste? De climat méditerranéen, chaud et sec, comme au centre, ou Méditerranéen humide, comme à l’Est ; ou encore mâtiné d’Atlantique, comme à l’Ouest? Ici plus qu’ailleurs, la vérité est dans le verre, comme j'ai pu le constater lors de la kolossale dégustation organisée à Bruxelles par In Vino Veritas, début juillet (plus de 100 échantillons!)

Voici un de mes préférés:

Quintessence 2013 Domaine Terres Georges

Mêlant fruit et épices, frais et poivre, cerise et, zan, cette cuvée séduit d'emblé par son nez. La bouche n'est pas en reste:non seulement elle amplifie les fruit comme les épices, mais sa structure lisse, son côté juteux, prolonge le plaisir. Un vin fluide (au bon sens de terme), ni trop extrait, ni trop alcooleux. Tout en élégance. Bravo! Voila qui donne envie de faire un tour du côté de Castelnau...

minervois

www.domaineterresgeorges.com

00:17 Écrit par Hervé Lalau dans France, Languedoc | Tags : minervois | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |