18 novembre 2009

Vu du Québec

Amusante, la vision du Languedoc-Roussillon par nos cousins du Québec, et plus précisément celle de Marc Chapleau dans la revue Le Cellier, éditée par la SAQ: «Le Languedoc et aussi le Roussillon, c’est le Nouveau Monde mais à la sauce française. Autrement dit, les raisins y mûrissent tout seuls, mais sous un climat politique et administratif assez lourd».

Je n'aurais pas dit mieux. Sauf que j'aurais peut-être séparé Languedoc et Roussillon. Mais ça c'est une de mes marottes, vous le savez...

Si la Commission Balladur parvient à faire bouger les frontières (totalement arbitraires) des régions administratives héritées de Vichy, je suggère, en vrac:

-de réunir les deux Normandies,

-de rendre la Loire-Atlantique à la Bretagne

-de rendre la Vendée au Poitou (ou au moins une partie)

A défaut, en tant que fier Oison mais me sentant très peu Picard, je préconise de rendre l'Oise à l'Ile de France. Et si ce n'est pas possible, de la rattacher au Roussillon, avec lequel, n'ayant aucune frontière et peu de contacts, elle ne devrait avoir aucun contentieux, ni humain, ni viticole...

00:03 Écrit par Hervé Lalau dans Languedoc | Tags : vin, administration | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |

13 novembre 2009

Sud de France

Le président de la région Languedoc, le flamboyant Georges Frêche, a annoncé aux vignerons d'Arzens qu'il allait doubler le budget marketing de Sud de France en 2010, pour le porter à 25 millions d’euros. C'est à dire, s'il est réélu. En effet, toute arrière pensée électorale n'est peut-être pas à écarter (les élections régionales sont dans cinq mois), mais faisons crédit à Georges Frèche: après tout, Sud de France Export, société mixte financée par la Région et le privé, c'est son bébé. 

La structure exploite notamment des Maisons du Languedoc-Roussillon à Bruxelles, Milan, Shanghaï, Londres et New York, qui sont censées porter la bonne parole des exportateurs régionaux sur place, et notamment des producteurs de vin. Pour ce qui est de celle de Bruxelles, malheureusement, on ne peut pas dire qu'elle fait beaucoup parler d'elle, au moins pour le vin. Alors un budget accru, c'est bien, mais on ose espérer qu'il sera dépensé judicieusement, en actions.

 

languedoc-roussillon

07:50 Écrit par Hervé Lalau dans Languedoc | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |