22 décembre 2009

Le Pinot Noir, une marque ou un cépage?

Un des derniers grands scandales du vin en date, dans le Languedoc, est celui du pinot noir vendu par la Cave de Sieur d'Arques à Gallo. 

Quand il a été révélé, voici un peu plus d'un an, un rapide calcul avait déjà permis de se rendre compte que la totalité du pinot noir du Languedoc ne couvrait pas le dixième des quantités fournies à Gallo.

La fraude semblait manifeste, ne restait plus qu'à établir si oui ou non Sieur d'Arques était au courant, ou bien si ses propres fournisseurs l'avaient trompé.

C'était là une réflexion bien simpliste, digne d'un journaliste, peut-être, mais pas d'un juriste. Car pour tenter de défendre leur client Sieur d'Arques, ses avocats avancent à présent qu'il ne fallait pas entendre "pinot" au sens de cépage, mais comme une simple marque.

Alors là, je rigole. Parce que sur les bouteilles que Sieur d'Arques remplit pour Gallo, la marque est Red Bicyclette; et non Pinot. Et d'ailleurs, ce n'est pas Pinot, mais Pinot Noir, equi figure en toutes lettres; qui, même pour le plus demeuré des Red Necks, correspond à un cépage. L'origine est également clairerement indiquée: vin de Pays d'Oc.

Avec un tel étiquettage, si le Pinot Noir n'est pas du Pinot Noir, ou si le Pays d'Oc n'est plus du Pays d'Oc, il y a tromperie sur la marchandise, marque ou pas marque.

Les avocats font de leur mieux, bien sûr, mais là, c'est n'importe quoi!

 

C'est fou ce qu'on trouve sur internet...

Bottleshot-PinotNoir

Le vin par lequel le scandale est arrivé

 

Vous voulez d'autres  éléments plus probants: allez surfer sur le site de Red Bicyclette, il est on ne peut plus clair. Voici ce qu'il dit de ce produit (toujours en vente):

 

"The 2007 Red Bicyclette® Pinot Noir showcases dark fruit aromas and flavors of black cherry and ripe plum. The light oak influence produces subtle notes of cinnamon for a soft, yet full middle palate and a smooth, luxurious texture...

Grape Source: Varietal Content: 88% Pinot Noir, 7% Syrah, 5% Grenache
Varietal Origin: Herault, Aude, Gard, and Pyrenees Orientales in the Languedoc-Roussillon Region, France."

Même avec 22% de raisins autres que du pinot noir (comme c'est permis aux Etats-Unis pour un produit mentionnant un seul cépage sur l'étiquette), le compte n'y est pas, Sieur d'Arques et ses fournisseurs n'ont pu trouver assez de pinot noir dans les régions indiquées.

Rendons à la Bourgogne...

C'est vrai qu'il n'y a pas mort d'homme. Le faux pinot n'a jamais empoisonné personne, peut-être même certains consommateurs américains appréciaient-ils la belle couleur de leur "pinot", sans parler de son petit côté merlot. Et sans doute l'affaire ne serait elle jamais venue au jour sans une dénonciation - d'habitude, c'est comme ça que ça se passe.

Mais plutôt que de partir du principe du "n'avouez jamais", les avocats de Sieurs d'Arques ne devraient-ils pas plutôt lui conseilier de plaider la négligence. Car la cave pouvait-elle ignorer que les volumes de pinot disponibles en pays d'Oc étaient notoirement insuffisants, elle qui signait les bons d'envois?

Après tout, la cave de Limoux nous a si souvent séduits avec ses belles cuvées qu'on peut lui pardonner beaucoup.

Retournons le problème: comment Gallo lui-même pouvait-il ignorer la véritable origine de son Pinot Noir?  Faut-il parler d'aveuglement, ou bien d'incompétence dans le "sourcing", comme on dit outre-Atlantique. Ou évoquer le syndrome du "je ne veux pas savoir tant que ça se vend"? Au fait, Gallo porte-t-il plainte?

Tiens, pourquoi les Californiens tenaient-ils tant à se fournir en Pinot Noir dans cette région précise? D'autres n'étaient-elles pas plus indiquées? La Bourgogne, par exemple? Les Hautes Côtes en regorgent, à ce qu'on dit, et à bon prix... Et si le pinot est une marque, les Bourguignons en détiennent sans doute le brevet...

Mais trèves de plaisanteries, le procès, qui venait à peine de débuter, vient d'être reporté en janvier.

00:46 Écrit par Hervé Lalau dans Languedoc | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

18 novembre 2009

Vu du Québec

Amusante, la vision du Languedoc-Roussillon par nos cousins du Québec, et plus précisément celle de Marc Chapleau dans la revue Le Cellier, éditée par la SAQ: «Le Languedoc et aussi le Roussillon, c’est le Nouveau Monde mais à la sauce française. Autrement dit, les raisins y mûrissent tout seuls, mais sous un climat politique et administratif assez lourd».

Je n'aurais pas dit mieux. Sauf que j'aurais peut-être séparé Languedoc et Roussillon. Mais ça c'est une de mes marottes, vous le savez...

Si la Commission Balladur parvient à faire bouger les frontières (totalement arbitraires) des régions administratives héritées de Vichy, je suggère, en vrac:

-de réunir les deux Normandies,

-de rendre la Loire-Atlantique à la Bretagne

-de rendre la Vendée au Poitou (ou au moins une partie)

A défaut, en tant que fier Oison mais me sentant très peu Picard, je préconise de rendre l'Oise à l'Ile de France. Et si ce n'est pas possible, de la rattacher au Roussillon, avec lequel, n'ayant aucune frontière et peu de contacts, elle ne devrait avoir aucun contentieux, ni humain, ni viticole...

00:03 Écrit par Hervé Lalau dans Languedoc | Tags : vin, administration | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |