08 juillet 2010

Chez Sylvain Fadat

En marge de notre visite aux Terrasses du Larzac, grâce à l'ami Michel Smith, nous avons pu visiter une des grandes figures du Languedoc, j'ai nommé Sylvain Fadat (Domaine d'Aupilhac).

Voici mes notes, brut de décoffrage...

 

Blanc 2008 Noisette, début d'oxydation amertume finale
Ugni grenache bof

Cocalières 2008 lieu dit planté par Sylvain 350m compense la chaleur, de la même façon qu'en rouge. A Aupilhac ce sont les vieux carignans

Résiné, frais, salin, commence juste à s ouvrir

Rouge Montpeyroux 2008
Un peu dilué ou est ce le froid fumé facile

VP Mont Gaudille carignan 2008 sur graviers et argilo calcaire

Très beau nez cerise noire, peau du raisin, force et finesse un peu de végétal bonne fraicheur acide xxxmmmmmmm

Montpeyroux 2007  carignan mourvedre cinsault
Assez puissant, beaux tannins, acidité

Cocalières 2008
Quel beau fruit! Réglisse, ardoise sous la pluie, fruit rouge mûr, épices de la garrigue.

La Boda 2007 assemble deux terroirs: d'un côté, Aupilha, ses mourvèdres et quelques vieux carignans de terrasses exposés au sud et de l'autre les Cocalières, des syrah d'altitude; le vin est vinifié en demi muid cuve ouverte, raisins non égrappés. Bien expressif et pourtant encore un tantinet sévère; les tannins sont bien présents mais pas agressif, la finale est très suave.

Les Servières cinsault pur  Alain Robert VP de l Hérault
Un véritable bonbon, une gourmandise de la framboise frivole et acidulée
Génial frais, on en boirait toute la journée

 

 

Et pour finir, cette petite opinion perso: quelle locomotive ferait Sylavain Fadat pour les Terrasses du Larzac, s'il décidait de passer une de ses cuvées sous cette dénomination!

16:41 Écrit par Hervé Lalau dans Languedoc | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

07 juillet 2010

Le geste auguste du buveur

Réhabilitons le geste auguste du buveur. Admirons tout d'abord la vitesse du mouvement,  que même un Leica de dernière génération n'a pu capter sans flouter un minimum.

Michel Smith, puisqu'il s'agit de lui, est plus rapide que la première balle de service de Nadal, ce qui n'est pas peu dire. Mais que le flou ne vous induise pas en erreur: d'abord, il prend le temps de bien faire tourner le vin dans sa bouche (ici, un Carignan du Languedoc, à voir son air réjoui); et puis, il recrache.

Vous ne croyez quand même pas que j'allais faire l'apologie de la biture?

 

Le geste auguste du buveur

12:17 Écrit par Hervé Lalau dans Languedoc | Tags : degustation | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |