06 février 2012

La minute du naturiste - Miracolo! Miracolo!

Avant hier, en Alsace, un sympathique oenologue qui tente de limiter le soufre dans ses cuvées en l'employant en goutte à goutte, "à la demande", nous expliquait que le sans soufre était une voie sans issue. 

Hier, à Arbois, je dégustais les vins de Stéphane Tissot. Un vigneron qui, s'il ne travaille pas totalement sans soufre, n'en utilise certainement pas le quart du tiers de ce qui devrait convenir pour protéger ses vins, si l'on devait suivre le raisonnement de notre ami alsacien.

L1050210.jpg

Stéphane Tissot en spirale ascendante (sans flash et presque sans soufre)

Miracolo! Miracolo! Ses vins sont pourtant d'une pureté exemplaire. Aucune pomme blette, aucune robe brune à l'horizon, même des heures après ouverture. Et ses vins, qu'ils soient blancs ou rouges, expriment bien leurs terroirs.

Dieu sait pourtant que j'ai pu être déçu, par le passé, par certains vins dits "nature" déviants, standardisés par le non interventionnisme.

La morale de l'histoire - gardons nous de tout jugement définitif et péremptoire, buvons et jugeons sur pièces.

00:14 Écrit par Hervé Lalau dans Alsace, Jura, Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (4) | | | |

05 février 2012

En direct de la Percée

Tous les aficionados le savent, ce week-end, c'est la Percée du Vin Jaune, qui se tient cette année dans la jolie bourgade de Ruffey sur Seille. Les moins frileux ont fait le déplacement. Moi, par exemple (merci Thermolactyl).


L1050192.JPGC'est la fête au village, à Ruffey sur Seille

Hier matin, à la salle des fêtes d'Arlay, j'ai claveliné des Château-Chalon 2004. Millésime assez léger, mais tendu. Déjà prêt à boire, dans certains cas. De quoi attendre les autres.

J'ai salué l'ami Olif, qui oeuvrait à une autre table. Puis, le midi, à la mairie, nous avons pris une belle tranche de rigolade. Persiflage et jaune à gogo. Et  puis il s'en est retourné dans sa chaumière; et moi, j'ai fait un petit tour au caveau de Macle (installé dans un superbe bâtiment d'époque, mais en plein vent, genre frigo). Le temps de m'anesthésier le palais avec un savagnin trop froid, j'ai rebroussé chemin. Je reviendrai.

L1050194.JPGN'écoutant que son courage, Olif s'attaque aux vins jaunes du Clavelinage (bousculant au passage le pauvre Johan Degroef, d'IVV)...

Comme je me doute que ce n'est pas ce genre d'anecdotes  qui vont étancher votre soif... d'apprendre, voici quelques lignes sur un autre domaine qui vaut le détour.

Evelyne et Pascal Clairet s’intitulent sobrement «vignerons en Arbois». Leur Domaine de la Tournelle s’étend sur 6 ha. Tous leur vins sont bio et «natures», ils tentent d'exprimer non seulement leurs  cépages originaux (ploussard et trousseau en rouge, savagnin, en blanc), mais aussi leurs terroirs; certaines des cuvées correspondent à des parcelles spécifiques comme «Les Corvées sous Curon» ou «Montellier» -une approche qui n'est pas sans rappeler celle de Stéphane Tissot.

Qu’ils soient ouillés ou oxydatifs, leurs vins ont un un dénominateur commun: la qualité du raisin doit se retrouver dans le vin. Pour en savoir plus, vous pouvez aller regarder le site des 5 du Vin, où mon ami Marc leur consacre un bout de sa chronique d'hier..

Plus d’info: www.domainedelatournelle.com

00:00 Écrit par Hervé Lalau dans France, Jura | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |