27 janvier 2009

Les producteurs d'Amarone ont-ils vu trop grand?

L'an dernier, grâce à ma consoeur Michèle Shah, j'ai participé aux Primeurs de Vérone, qui présentaient à la presse les Amarone 2004 (voir ce même blog, rubrique Italie). En prélude à de généreuses dégustations (80 vins, environ), les responsables viticoles locaux nous ont abreuvé... de chiffres. Et de ces chiffres, il ressortait une progrression assez phénoménale de la production.

Trabucchi

Vignobles de Trabucchi (Photo H. Lalau)

 

Cette progression, la voici confirmée par mon ami Franco Ziliani sur Vinowire: de 1997 à  2004, la production d'Amarone et Recioto est passée de 1,5 million à 5,7 millions de bouteilles! Pour 2006, les prévisions sont de 8 millions de bouteilles. Et pour 2007, de 10 millions. 

La part de l'Amarone et du Recioto dans le volume total de raisins produits dans la Valpolicella n'a fait que croître - elle dépasse aujourd'hui un tiers (beaucoup plus encore en valeur). De produit de spécialité, l'Amarone est donc devenu le moteur de la viticulture régionale. Comme son principal marché est l'Amérique, on peut craindre un effondrement des ventes suite à la crise financière.

Une affaire à suivre...

11:06 Écrit par Hervé Lalau dans Italie | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

12 janvier 2009

La Belle Bergerie de Dante

"Serego Alighieri": oui, ce domaine est bien celui de la famille de Dante Aleghieri, le grand poète italien.
La famille s’est installée dans le Veneto, mais elle possède toujours des vignes en Toscane, plus précisément à Cinigiano, au bout du Val d’Orcia (DOC Montecucco). Nous sommes ici à mi-distance entre Grossetto et Montalcino, à une quarantaine de kilomètres de la mer.
Le nom de Bello Ovile est  justement une référence directe à l’oeuvre de Dante, l’expression est tirée de sa Divine Comédie; elle signifie littéralement «La Belle Bergerie», la mère patrie toscane où l’on aime à retourner.

C'est ce que j'ai fait mercredi dernier, par bouteille interposée, chez l'importateur (Fourcroy).

Le domaine

Les vignes, orientées à l’Ouest, sont plantées à une altitude moyenne de 110m, moitié en coteaux et moitié en plateaux, sur des sols mêlant sable et argile.
L’encépagement est typiquement toscan : 80% sangiovese, 15% canaiolo et 5% ciliegiolo.

 

Toscana
Toscane, côté sud


La vinification

Les trois cépages sont vinifiés séparément. La vendange est éraflée, les macérations (à 15°) durent quelques heures, la fermentation est activée avec des levures sélectionnées, toujours à température contrôlée (18-24°), pendant une quinzaine de jours. Jusqu’à la fermentation malolactique, le vin est conservé en cuves inox, avant d’être transvasé, avec ses lies, en barriques de chêne français (50% de barriques neuves, 25% de barriques d’un vin, 25% de barriques de deux vins). Il y reste 12 mois. Six mois de repos en bouteilles viennent compléter l’affinage. Avec Bello Ovile, Masi vise à obtenir un vin de bonne structure, mais souple, plus sur l’élégance que sur la puissance.

Mes notes (Bello Ovile 2005)

Beau nez épicé, bouche fine, assez dense, beau fruit (griotte) et boisé doux tout du long, et du caractère. Finale relativement longue. En résumé, un bon toscan bien typé. ***





 

06:56 Écrit par Hervé Lalau dans Italie | Tags : vin | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |