26 décembre 2008

Et pendant ce temps -là, en Italie

Et pendant ce temps-là, en Italie, on assiste à la naissance d'un géant du vin: le 31 décembre, en effet, la coopérative Riunite & CIV aura absorbé le Gruppo Italiano Vini. La nouvelle entité ainsi constituée devrait générer un chiffre d'affaires de l'ordre de 450 millions d'euros.

Selon son président Corrado CasoliLe nouveau groupe, qui devrait prendre le nom de GIV, restera coopératif d'inspiration. Mais il disposera de marques fortes, notamment Riunite (Lambrusco), Bolla, Lamberti et Santi, mais aussi de domaines plus pointus comme Rapitalà.

 

ttl_intro6

22:49 Écrit par Hervé Lalau dans Italie | Tags : vin | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

09 décembre 2008

Le vin est une chose trop sérieuse...

Je lis sur le blog de mon ami Franco Ziliani que l'ancien oenologue vedette de Sassicaia, j'ai nommé Giacomo Tachis, pense que les DOC sont une farce - una "palla".
"Tout ce qui est exagéré est insignifiant", disait Winston Churchill.

Il y a sans doute de l'ordre à remettre dans les appellations italiennes (et pas seulement italiennes, au fait). Qui aime bien châtie bien. Mais il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain!
Et puis, Tachis est mal placé pour juger: même Sassicaia a une appellation: Bolgheri... Sassicaia. Bon, ce n'est peut être pas la plus authentiquement italienne, et même si elle a été faite sur mesure pour lui, rien n'oblige Sassicaia de l'utiliser...

A propos, Sassicaia a été mal noté au Grand Jury Européen, dernièrement.

Un paragraphe m'a aussi bien faire rire: Tachis rappelle que le cabernet sauvignon a été importé d'Italie par les Français. Admettons. Mais c'était il y a bien longtemps, alors. Et combien de cabernet-sauvignons il y avait-il en Maremma avant que les Supertoscans s'y intéressent - et notamment le Marquis Mario Incisa de La Rocchetta, parce qu'il aimait les grands Bordeaux...

Avec tout le respect que je doit à l'éminent winemaker, élève d'Emile Peynaud, il me semble que l'égo de M. Tachis lui cache les efforts de plus petits que lui, de milliers de viticulteurs fourmis, qui croient "bêtement" dans la valeur du terroir et des traditions. Il ne les voit plus.

Décidément, le vin est une chose trop sérieuse pour être laissée aux seuls oenologues, surtout de telles "vedettes"!

Merci, Franco, pour ce grand moment d'hilarité, et continuons le combat de l'authenticité!

11:32 Écrit par Hervé Lalau dans Italie | Tags : vin | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |