27 février 2009

Une DOCG italienne de plus, une!

Le 11 février dernier naissait une nouvelle DOCG italienne, Moscato di Scanzo.

Il s'agit d'une appellation de muscat rouge passerillé située sur la commune de Scanzorosciate (à vos souhaits). Une vraie renaissance, puisque seul un tout petit nombre de vignerons locaux cultivaient encore cette variété dans les années 1980. Et les choses n'ont pas traîné: il n'aura fallu que quelques années pour qu'elle obtienne la DOC (en 2002) et donc 7 ans pour qu'elle soit élévée au sommet de la hiérarchie italienne.

La Lombardie compte donc maintenant 5 DOCG à elle seule (Valtellina, Brescia, Franciacorta, Oltrepò Pavese et donc Moscato di Scanzo).

Bon nombre de dénominations semblent pressées de passer en DOCG avant que la nouvelle réglementation européenne sur les signes de qualité ne s'applique, en août. Mais auprès de mes confrères italiens, je n'ai pu obtenir de détails sur ce qui allait précisément changer avec les nouveaux agréments, les cahiers des charges, les IGP, les pourcentages minimum de vins avec indication de cépage, les vins sans indication de provenance... Ni qui restera DOC, et qui ne le restera pas. Si vous en savez plus que moi, merci de partager l'info.

Ce n'est pas que je sois vraiment convaincu par le système, en Italie comme ailleurs, mais un dégustateur informé en vaut deux.

07:01 Écrit par Hervé Lalau dans Italie | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |

27 janvier 2009

Les producteurs d'Amarone ont-ils vu trop grand?

L'an dernier, grâce à ma consoeur Michèle Shah, j'ai participé aux Primeurs de Vérone, qui présentaient à la presse les Amarone 2004 (voir ce même blog, rubrique Italie). En prélude à de généreuses dégustations (80 vins, environ), les responsables viticoles locaux nous ont abreuvé... de chiffres. Et de ces chiffres, il ressortait une progrression assez phénoménale de la production.

Trabucchi

Vignobles de Trabucchi (Photo H. Lalau)

 

Cette progression, la voici confirmée par mon ami Franco Ziliani sur Vinowire: de 1997 à  2004, la production d'Amarone et Recioto est passée de 1,5 million à 5,7 millions de bouteilles! Pour 2006, les prévisions sont de 8 millions de bouteilles. Et pour 2007, de 10 millions. 

La part de l'Amarone et du Recioto dans le volume total de raisins produits dans la Valpolicella n'a fait que croître - elle dépasse aujourd'hui un tiers (beaucoup plus encore en valeur). De produit de spécialité, l'Amarone est donc devenu le moteur de la viticulture régionale. Comme son principal marché est l'Amérique, on peut craindre un effondrement des ventes suite à la crise financière.

Une affaire à suivre...

11:06 Écrit par Hervé Lalau dans Italie | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |