27 décembre 2014

Taurasi Opera Mia 2008

J'ai toujours un plaisir particulier à ouvrir un magnum. D'abord, parce que c'est un bel objet.

Et puis, parce que c'est le contenant du partage par excellence. J'en achète peu (pas assez de consommation personnelle), et je les garde pour les grandes occasions.

Celui-ci est un cas un peu spécial: je l'ai reçu.

IMG_5584.jpg

De Milena Pepe, la vigneronne de Cavalier Pepe, une jolie tenuta nichée dans les collines de l'arrière pays de Naples.

Je vous ai déjà parlé de ses vins, découverts en novembre 2013, à l'occasion d'un voyage sur place pour les Campania Stories.

J'avais découvert par la même occasion les Taurasi, ces rouges un peu rustiques qui mettent souvent pas mal de temps à se fondre, mais qui, souvent, méritent le détour.

J'avais même dégusté cette même cuvée Opera Mia sur place, mais pas en magnum, je pense. Et c'était un 2006.

J'ai repris mes notes de l'époque:  

"Très jeune au nez, tannins puissant en bouche, beau vin, gros potentiel, grosse acidité.14/20"

J'ajoute au moins deux points à ce 2008. Pour son nez gourmand de myrtille et de mûre, pour sa bouche fraîche, épicée (poivre, menthe) et puissante, aux accents sauvages; pour sa finale racée - solide mais élégante. Etonnamment, malgré deux ans de moins, il parait plus fondu, plus prêt à boire. Est-ce que c'est moi? Est-ce que c'est le magnum? Est-ce que c'est le millésime? Très beau vin, en tout cas. C'est un 100% Aglianico, issu d'une sélection de deux parcelles de Luogosano, pas très loin de la source du Calore. Pas étonnant qu'il m'ait réchauffé le coeur!

Quoi qu'il en soit, bravo et merci, Milena!

00:25 Écrit par Hervé Lalau dans Campanie, Italie | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

23 décembre 2014

Un Verdicchio, oui, mais pas n'importe lequel: le Matelica Superiore de Borgo Paglianetto

Dans les Marches, le Verdicchio donne souvent naissance à d'aimables vins de comptoir ou d'écailler, sans reproche, certes, mais sans autre intérêt que de rincer les morceaux de fruits de mer coincés entre les dents.

Les Italiens, qui n'aiment pas faire simple quand ils peuvent faire compliqué, ont donné plusieurs dénominations à ces vins; la plus courante, Verdicchio dei Castelli di Jesi, a un nom aussi long que le vin est (généralement) court au palais.

Il y a aussi une DOCG -  un petit G en plus qui dit qu'on a au moins une garantie en plus, celle de le payer un peu plus cher...

Dans le cas qui nous intéresse, c'est le Verdicchio di Matelica Riserva (la DOCG exige 18 mois de vieillissement).

C'est cette mention que porte le vin que je vous présente aujourd'hui, la cuvée Jera, de la Maison Borgo Paglianetto.

jera-500x500.jpg

Et force est de reconnaître qu'il est bien plus concentré que la moyenne. C'est un 2010 - ce qui tendrait à prouver effectivement que ce type de vins a une vie au delà de son premier été.

Il présente un nez très flatteur de poire, d'ananas, de mangue et de miel d'acacia; la bouche est fraîche et grasse, profonde, équilibrée.

PS. Le Verdicchio s'appelle aussi Triebbiano verde, Trebbiano Giallo ou Trebbiano di Lugana (entre autres). Ne pas confonfdre!

00:54 Écrit par Hervé Lalau dans Italie | Tags : italie, marches, verdicchio | Lien permanent | Commentaires (4) | | | |