23 décembre 2014

Un Verdicchio, oui, mais pas n'importe lequel: le Matelica Superiore de Borgo Paglianetto

Dans les Marches, le Verdicchio donne souvent naissance à d'aimables vins de comptoir ou d'écailler, sans reproche, certes, mais sans autre intérêt que de rincer les morceaux de fruits de mer coincés entre les dents.

Les Italiens, qui n'aiment pas faire simple quand ils peuvent faire compliqué, ont donné plusieurs dénominations à ces vins; la plus courante, Verdicchio dei Castelli di Jesi, a un nom aussi long que le vin est (généralement) court au palais.

Il y a aussi une DOCG -  un petit G en plus qui dit qu'on a au moins une garantie en plus, celle de le payer un peu plus cher...

Dans le cas qui nous intéresse, c'est le Verdicchio di Matelica Riserva (la DOCG exige 18 mois de vieillissement).

C'est cette mention que porte le vin que je vous présente aujourd'hui, la cuvée Jera, de la Maison Borgo Paglianetto.

jera-500x500.jpg

Et force est de reconnaître qu'il est bien plus concentré que la moyenne. C'est un 2010 - ce qui tendrait à prouver effectivement que ce type de vins a une vie au delà de son premier été.

Il présente un nez très flatteur de poire, d'ananas, de mangue et de miel d'acacia; la bouche est fraîche et grasse, profonde, équilibrée.

PS. Le Verdicchio s'appelle aussi Triebbiano verde, Trebbiano Giallo ou Trebbiano di Lugana (entre autres). Ne pas confonfdre!

00:54 Écrit par Hervé Lalau dans Italie | Tags : italie, marches, verdicchio | Lien permanent | Commentaires (4) | | | |

16 octobre 2014

2014, année délicate pour la viticulture italienne

L'association des oenologue italiens Assoenologi estime entre 41 et 42 millions d'hectolitres la récolte italienne 2014.

Soit entre 15 et 20% de moins par rapport à 2013. La baisse est surtout sensible dans le Sud de la Botte, où les pertes de récolte atteignent 50% (notamment dans les Pouilles et en Sicile). Après une véraison précoce, la forte pluviosité de l'été (deux à quatre fois supérieure à la moyenne), a provoqué une multiplication des foyers d'oidium, de mildiou et de botrytis un peu partout dans le pays.

La qualité, elle, devrait être plutôt moyenne - "hétérogène", comme l'annonce Assoenologi.

00:15 Écrit par Hervé Lalau dans Italie | Tags : millésime 2014 en italie | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |