02 mars 2015

Les conseils d'Aristote

Pourquoi, se demande Aristote, est-on impuissant à l'acte sexuel quand on est ivre ?

"N'est-ce pas parce qu'il faut alors qu'un lieu du corps soit plus échauffé que tout le reste ? Ce qui les empêche d'accomplir l'acte, c'est la quantité de chaleur répandue dans leur corps entier. La chaleur qui résulte du mouvement est plutôt éteinte par le milieu où elle va, parce que dans les ivrognes, il y a beaucoup d'humidité, dont la coction n'est pas faite. De plus, la liqueur séminale vient de la nourriture; et il faut toujours qu'il y ait digestion de la nourriture qui, remplissant le corps, le rend propre et le pousse à l'acte vénérien. C'est pour cela qu'en vue de l'accomplissement de l'acte, il y a des médecins qui recommandent de déjeuner fortement et de souper légèrement, afin que les matières non digérées soient moins abondantes que les matières bien digérées."une_curiosite_infinie_544x746.jpg

J'ai une autre théorie. Il est aussi très difficile de mettre sa clé dans le trou de la serrure quand on a trop bu.

10:26 Écrit par Hervé Lalau dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

28 janvier 2015

Le plus vieux vin d'Alsace change de fût

Nous sommes en 1472. L'Alsace est une mosaïque de fiefs et de villes plus ou moins libres, rattachés au Saint-Empire Romain Germanique.

On y fait déjà du vin, bien sûr!

Nous en avons un témoignage liquide, aux Hospices de Strasbourg: un lot de quelques 400 litres, datant de ce millésime. Depuis quelques années, c'est une cuve inox qui l'abritait (car le dernier tonneau, qui datait de 1718, fuyait). 

Depuis la semaine dernière, il a retrouvé son costume de bois: un nouveau tonneau de chêne de l'Allier mitonné par la tonnellerie Radoux. 

Le vin, qui titre 9,4°, n'est servi que dans les grandes occasions. Les archives en signalent trois: la signature de l'accord d'assistance mutuelle entre Strasbourg et Zurich, en 1576;  la pose de la première pierre de l'hôpital civil de Strasbourg, en 1718, et la Libération de Strasbourg, en 1944. Rien pour les 20 ans d'IVV, hélas...

Je ne sais pas de quel cépage ni de quel cru provient ce vin. Sans doute de vignes offertes aux Hospices de Strasbourg. Mais lesquelles?

Amis Alsaciens, si vous en savez plus...

08:07 Écrit par Hervé Lalau dans Alsace, France, Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |