27 février 2015

Une histoire de tire-bouchon

A Epanomi, en Grèce du Nord, la maison Gerovassiliou consacre un joli musée au... tire-bouchon.

Le tire-bouchon dans tous ses états; le tire-bouchon à travers les âges et les modes, du simple T aux plus sophistiqués.

Ce musée; je l'ai visité avant-hier, à la faveur du Concours International des Vins de Thessalonique.

Une lithographie du début du 20ème siècle a attiré mon regard, je l'ai trouvée à la fois amusante et éducative. Qui n'a pas pesté contre un bouchon récalcitrant? 

IMG_5745.JPG

Ce qui me fait me poser à nouveau la question qui fâche. Quand ceux qui croient gouverner nos habitudes d'achat - je veux dire les importateurs, les distributeurs, les épiciers et les négociants de tout gabarit cesseront ils de choisir à notre place ce qui est bon pour nous, ce que nous aimons vraiment, ce que nous détestons ? 

Jusqu'à quand nous refuseront-ils la modernité, la praticité, la sécurité de la capsule à vis, celle que nos amis Suisses ont acceptée sans esprit de retour?

Qui voudrait encore démarrer sa voiture à la manivelle? Qui voudrait remplir sa cave de charbon? 

Et il nous faut pourtant supporter un bouchage vieux de plusieurs siècles, aussi aléatoire que peu pratique pour l'utilisateur...

00:13 Écrit par Hervé Lalau dans Grèce, Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

25 février 2015

Pavlidis Assyrtiko Emphasis 2013, IGP Drama

Rien de dramatique dans ce vin de Drama - une IGP grecque, signé Pavlidis.

Mais de l'Assyrtiko, variété originaire de Santorin, qui a essaimé en Grèce continentale.
En général, sur l'île, il présente des notes fumées, presque animales, sauvages, doublées d'une bonne vivacité, de nuances salines et d'une impression presque tannique.
Mais à Drama, au nord de la Macédoine grecque, l'Assyrtiko est souvent un peu plus policé.
Celui-ci présente de jolies notes d'agrumes, une avant bouche plutôt souple, avec cependant un je ne sais quoi de pointu, d'espiègle.
 

IMG_5738.jpg

 
C'est un 2013, et quelques mois d'attente lui ont sans doute permis de mieux fondre l'acidité naturelle de cette variété.
 

 

16:01 Écrit par Hervé Lalau dans Grèce | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |