11 juin 2016

Brexit: Dyson aspire... à quitter

James Dyson, le patron de la firme d'aspirateurs éponyme, et grand exportateur, est un des rares patrons britanniques à soutenir le Brexit; il ne croit pas à la menace d'une baisse des exportations britanniques suite à une hypothétique augmentation des droits de douane que l'UE instaurerait suite à la sortie de son pays de l'Europe: "Si, comme le laisse entendre David Cameron, ils nous imposent des tarifs douaniers de 10%, nous ferons la même chose en retour (...) De toute façon, l'UE commettrait un suicide commercial si elle imposait des tarifs douaniers car nous importons 100 milliards de livres et nous ne lui en exportons que 10 milliards."

Les producteurs européens de vin, en tout cas, seraient parmi les premiers touchés par une montée des droits de douane.

Les sondages ont vu ces derniers jours une remontrée du vote favorable au Brexit.

09:05 Écrit par Hervé Lalau dans Grande-Bretagne | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

08 juin 2016

Brexit: et comment font les Norvégiens?

Pour Roberto Azevedo, directeur général de l'Organisation mondiale du Commerce, la sortie de la Grande Bretagne de l'Union européene pourrait coûter 7,2 milliards d'euros par an à ses exportateurs britanniques en droits de douane supplémentaires. Il pense en effet qu'une sortie de l'UE "entraînerait probablement des négociations".

Mais qu'en est-il de la Norvège, qui ne fait pas partie de l'Union, mais de l'Espace Economique Européen (comme la Grande Bretagne, avant son entrée dan l'Union)?

Voila ce qu'en dit l'ordre des experts-comptables: 

La Norvège est membre de la Zone Economique Européenne et elle applique toutes les règlementations en matière de politique commerciale de l'Union européenne, mis à part en ce qui concerne la pêche et l'agriculture. La Norvège n'a pas beaucoup de restrictions en matière d'importations, sauf dans le secteur agricole, qui reste très protégé, avec des tarifs douaniers élevés, des restrictions quantitatives et des barrières techniques. Plusieurs produits nécessitent une licence d'importation, par exemple les vêtements et les produits de biotechnologie qui font face à une législation plus restrictive que dans les pays de l'UE.

Les produits contenant des éléments d'origine animale nécessitent une attestation de l'autorité compétente du pays d'origine. Un certificat sanitaire ou médical est exigé pour les produits d'origine animale, les animaux vivants et les plantes. Un certificat phytosanitaire est également requis pour la plupart des légumes, les fruits et les produits d'origine végétale. Pour les produits de la pêche, un certificat de capture est obligatoire.

Les tarifs douaniers norvégiens pour les marchandises industrielles sont faibles, en général, ils sont entre 3 et 6% Les marchandises importées de pays de la ZEE sont exempts de droits de douanes.

21:28 Écrit par Hervé Lalau dans Grande-Bretagne | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |