02 septembre 2010

C'est la saison des guides de vin!

Il y en a qui croient encore que septembre est le mois des vendanges. "Vendémiaire", qu'ils disaient, les Révolutionnaires.

C'est bien sûr une grossière erreur de perspective. Car avant d'être le mois des vendanges, ou de la rentrée des classes, ou de quoi que ce soit d'autre, septembre est le mois de la sortie des guides de vin. Guidémiaire, si vous préférez. J'en veux pour preuve que les Foires aux Vins sont aussi calées sur cette sortie - comment M. Toutlemonde pourrait-il vendanger dans les rayons des supermarchés sans avoir le Hachette ou le BD à la main?

Je n'irai pas jusqu'à dire que les vignerons récoltent aussi en fonction de ce calendrier éditorial, car on m'apprend qu'il y a par-ci par-là quelques aléas climatiques et de vinification qui peuvent intervenir. Mais ne nous trompons pas de priorité: le vin, aujourd'hui, n'est plus fait pour boire, il est fait pour com-mu-ni-quer.

J'attends d'ailleurs avec impatience les com-mu-ni-qués de victoire des grandes régions de production pour me prononcer sur la qualité du millésime 2010 - j'ai juste un petit problème à classer les millésimes du siècle entre eux, ces dernières années.

Gribouille.jpgGribouille Tuléar de la Romanée, chien-pas-guide

Mais revenons à l'essentiel, c'est à dire aux guides.

Un jour, dans un moment de doux délire, je me suis demandé si je n'écrirais pas un guide. Juste des coups de coeur, des découvertes, des trucs qu'on aime à partager, vous voyez le genre. Mais au-delà de l'aspect financier de la chose (car mes amis écrivains me disent tous que "le livre, ça eut payé"), j'ai vite renoncé.

Question de santé: Bettane et Desseauve dégustent 50.000 vins! A raison de 365 jours par an (allez, 366, les grandes années), cela fait 139 bouteilles par jour (et je ne compte pas les bouchonnées). Et en admettant que j'en retienne une sur 5 (c'est la moyenne des vins intéressants dans la plupart des dégustations auxquelles je participe), cela voudrait dire 25 commentaires de vins par jour. Pour ça, il me faudrait un vocabulaire beaucoup plus vaste que je n'en possède, même avec un bon dictionnaire des synonymes. Et abandonner toute vie hors du vin. Même plus le temps de boire un vrai coup. Même plus le temps de promener Gribouille - c'est mon chien. Et je respecte trop les animaux pour ça (ainsi que mes revêtements de sol).

Bon, je persifle, bien sûr; car le Guide Hachette, le B&D et consorts sont des oeuvres collectives. Ce qui diminue les risques de répétition, sans parler des risques d'ennui, de surmenage, d'erreur sur les vins, et presque aussi grave, d'alcoolisation. Voila une maladie professionnelle plus rare chez nous que chez les cafetiers (boire son fond, c'est tentant), ou même chez les commerciaux stressés par le chiffre à atteindre (je ne parle pas du chiffre de bouteilles à descendre); mais tout de même, on vit une époque formidable: celle du principe de précaution. Alors répartir la charge de travail sur le collectif, c'est plus sûr.

Oui, mais qui dit collectif dit compromis, jeux de pouvoir, etc. Mais je suis rédac chef adjoint d'un magazine de vin, secrétaire général d'une association de journalistes de vin, je suis marié, et j'ai trois enfants. Alors les compromis et les jeux de pouvoir, merci, je suis servi.

Bref, vous pouvez être rassurés, je n'ajouterai pas ma production à la vendange des guides 2010.

 

 

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans France, Gastronomie, Pour rire | Tags : guides de vins, chiens, vin, vignoble, humour | Lien permanent | Commentaires (4) | | | |

07 mai 2010

Les meilleurs restaus du monde - vraiment?

Les Français, vieille nation de référence en matière de vins, mais aussi de gastronomie, n'en finissent pas de s'interroger sur l'avenir de ces fleurons d'une certaine culture à la Française - héritage vivant, ou enterré?

Ce n'est pas le dernier palmarès des 50 meilleurs restaurants du monde, établi par l'Académie San Pellegrino (oui, ça existe), qui les rassurera.

Le premier établissement français, Le Châteaubriand, pointe à la 11ème place. Et pour la petite histoire belge, le premier Belge, Hof Van Cleve, à la 17ème.

Mais faut-il prendre cet classement pour argent comptant, quand le 2ème, El Bulli, vient de fermer, et quand le 3ème, Fat Duck, sort à peine d'un scandale médiatique - des intoxications alimentaires dont on n'a pas pu vérifier l'origine, mais qui font quand même un peu désordre.

J'ai envie de persifler, mais en définitive, ce n'est pas ce que je pense, ou même ce que vous pensez qui compte: médiatiquement, ce classement est déjà une défaite pour la gastronomie française.

Comme dans le cas du vin, je me pose la question: il y a-t-il  un lien avec les changements d'habitudes alimentaires des Français de base? Nous avons beau être de grandes gueules, somment nous encore des fins becs et de grands gosiers? Quel pourcentage de Français mijotent encore de bons petits plats dans les familles? Combien boivent encore régulièrement du vin? Notez bien que le phénomène n'est pas spéciquement français, je n'ai pas de chiffres, mais la malbouffe me semble sévir un peu partout en Europe, sans parler de l'Amérique.

Ah, j'oubliais, selon l'Académie San Pellegrino, le meilleur restaurant du monde est danois.

Pourquoi pas?

 

1

Up 2NomaDenmarkThe S.Pellegrino Best Restaurant in the World, The Acqua Panna Best Restaurant in Europe
2Down 1El BulliSpainRestaurant Magazine Chef of the Decade
3Down 1The Fat DuckUKThe Chef's Choice sponsored by Electrolux
4Up 1El Celler de Can RocaSpain
5Down 1MugaritzSpain
6Up 7Osteria FrancescanaItaly
7Up 3AlineaUSAThe Acqua Panna Best Restaurant In N.America
8Up 33DanielUSAThe Highest Climber sponsored by Cocoa Barry
9Down 1ArzakSpain
10Down 4Per SeUSA
11Up 29Le ChateaubriandFrance
12Up 26La ColombeSouth AfricaThe Acqua Panna Best Restautant in South Africa
13Down 4Pierre GagnaireFrance
14Up 2L'Hotel de Ville - Philippe RochatSwitzerland
15Le BernardinUSA
16Down 5L'AstranceFrance
17up 9Hof Van CleveBelgium
18Up 6D.O.M.BrazilThe Acqua Panna Best Restaurant in South America
19Up 10Oud SluisHolland
20Up 29Le CalandreItaly

02:00 Écrit par Hervé Lalau dans Gastronomie | Tags : restaurants | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |