03 décembre 2007

Qualité, j'écris ton nom...

Le nouveau Président du nouvel INAO axé qualité, le Champenois Yves Bénard, a détaillé pour notre confrère Jacques Bertomeau quelques uns des aspects de la réforme en cours, notamment celles du contrôle des vins AOC: 

"Cette réforme sera en partie ce que les professionnels voudront en faire, mais le législateur a prévu des évolutions fortes que l'INAO est chargée de mettre en oeuvre.
L'objectif central est une séparation des pouvoirs entre ceux qui font et ceux qui contrôlent - et entre le syndicalisme et la gestion des appellations - je parle de la création des ODG.
Bien sûr on aurait pu souhaiter des structures juridiques apportant plus de garanties à l'autonomie des ODG, mais les délais de mise en oeuvre étaient courts, tout en rappelant que l'INAO a la responsabilité de veiller à ce qu'il n'y ait pas de mélange des genres.
La mise en oeuvre de cette réforme en cours de ratification par le Parlement est prévue pour la vendange 2008 et j'espère qu'on y verra un changement avec - ne l'oublions pas - la réécriture des décrets, véritable cahier des charges où chaque appellation devra écrire ce qu'elle fera et faire ce qui aura été écrit.
J'attends de cette réforme de la transparence, de la crédibilité et de l'efficacité".

Et moi, donc! Mais comment ne pas douter quand on apprend que les députés français rejettent la libéralisation des droits de plantation demandée par Bruxelles (et qui permettrait sans doute de mettre fin à quelques féodalités), mais exigent de conserver la chaptalisation. La recherche de qualité, où est-elle?

 (C) Hervé Lalau 

06:49 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

01 décembre 2007

Votre avis m'intéresse

Chers amis bloggers,

Plutôt que de donner mon opinion, cette fois, je voudrais la vôtre. 

Votre sentiment à propos d'un article paru dans Decanter, sous la plume de Michael Broadbent et d'Oz Clarke, qui dit que les grands Bordeaux s'éloignent du terroir, que leur goût s'homogénéise, notamment par la faute des consultants.

Ce n'est pas vraiment ce que j'ai constaté lors de mes dernières visites. Une dégustation récente des grands crus de 2005 m'a même frappé par la grande hétérogénéité des vins, mais bon, ce n'est peut-être qu'une impression personnelle.

Je compte sur vous!

 

Hervé 

09:52 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |