13 avril 2009

Vin : même le mot fait peur, en France

Lu sur le blog de l'APV, ce petit post de Barthé, pas piqué des vers:

"D’Onivins à Viniflhor, de Viniflhor à FranceAgriMer, apparemment le bon peuple de France n’y voit que du feu. Et pourtant de la part des gouvernants, rien n’est innocent. Certes, on regroupe, on recentre, on évite ( souhaitons-le, en tout cas) des frais de structures; mais en même temps on télescope, on raye de la carte, on oublie (qui sait?) l’activité la plus représentative et en même temps la plus lucrative de notre agriculture. Jusqu’au mot «vin» qui semble-t-il fait peur.

L’ancien directeur de l’agriculture en Aquitaine, Fabien Bova, qui sait donc mieux que quiconque ce que viticulture veut dire, vient d’être nommé à la tête des 5 offices dont l’ex-Viniflhor, que constitue désormais FranceAgriMer. Saura-t-il, pourra-t-il, pour autant remettre le vin à l’honneur ? On verra. Mais pour le moment, c’est un fait, le mot «vin» a disparu des bons offices de la République."

Barthélémy

 

Seul petit avantage à court terme du changement: j'avais toutes les peines du monde à orthographier Viniflhlor - ou était-ce Vinifhlor? Ce n'est plus un problème.

HL

07:56 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

12 avril 2009

Belle montée de SEVE

Le 25 avril, à l'occasion de son assemblée générale annuelle, l'association SEVE organise un débat autour des nouveaux organismes de gestion des appellations. Voici les questions - primordiales - qui seront abordées:


La viticulture d’appellation de terroir peut elle sortir refondée de la réforme?

Quelle est la signification des refus des cahiers des charges «mieux-disant» de Bergerac, Banyuls, Duras, des Baux de Provence, du Beaujolais?

Quelles perspectives pour les Grands Crus alsaciens?

La situation ailleurs ? Conséquences pour, et évolution des vignerons qui se battent pour le terroir dans les ODG …

Les AOP peuvent-elles devenir la future référence des vins d'origine?  Ou seront-elles le prochain fourre-tout incompréhensible pour le consommateur, enfonçant la viticulture française dans la crise ?

Faut-il envisager la création d’une marque privée « terroir» : cahier des charges ? quand, comment ? La montée du bio, son articulation avec l’AOC ?

Comment restructurer réellement toute la pyramide de l’offre des vins français ?

La discussion autour de ce thème pourra s’appuyer sur :
           
-    Les cahiers des charges des appellations : constructions, refus, acceptations…
-    La mise en œuvre de la réforme de la dégustation
-    Les odg : leur fonctionnement par rapport aux objectifs de la réforme.
-    L’analyse de la situation de la viticulture, l’évolution des vignerons, le marché…

images

Fondée le 18 mars 2005 à Cour Cheverny, l’association "Sève, les amis de J.Capus" a ainsi défini dans ses statuts son objet :

"Fédérer les vignerons engagés dans des modes de culture et de vinification respectueux de l’environnement, aboutissant à des vins originaux et authentiques, représentatifs de leur terroir dans l’esprit originel de l’AOC , respectueux des consommateurs. Obtenir la refondation des AOC sur cette éthique : qualité, originalité, respect de l’environnement, agriculture durable et solidaire, respect du consommateur."

Plus d'info: SEVE, Anne-Marie Chabbert, 00 33 6 74 64 23 58

00:31 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |