01 avril 2008

Vin et grande distribution

Je lisais récemment dans la Revue des Vins de France ce commentaire d'un acheteur de Carrefour France, Benjamin Stainmesse: "Notre rayon vins, qui est pourtant l'objet de nombreuses mises en avant dans nos catalogues, n'est pas rentable".

Deux questions angoissantes me viennent à l'esprit.

Primo, où Carrefour regagne-t-il l'argent perdu? Il y a forcément des marges trop élevées sur d'autres articles, puisque l'entreprise déclare des bénéfices.

Secundo, pourquoi Carrefour n'abandonne-t-il pas purement et simplement la vente de vin? Ce que Migros, en Suisse, dit faire pour des raisons éthiques, Carrefour pourrait le faire pour des raisons économiques. On ne voit pas pourquoi un grand distributeurs mondial se condamnerait ainsi à vendre à perte - d'autant que la vente à perte est interdite, non?

Imaginons demain un secteur du vin où les très grandes surfaces de ce type seraient absentes. Cela fait peur, non? Il faudrait bien sûr organiser cette sortie. Trouver de nouveaux débouchés pour les vins de GMS. Déboucheurs liquides? Anti-gel? Vinaigrerie? On devrait aussi rééduquer certains consommateurs qui achètent au prix. Leur faire comprendre qu'à moins de 5 euros, il est difficile de faire un vin de rendement normal.

Bon, c'est le genre de chronique qui ne me vaudra pas que des amis, mais il fallait que ça sorte. Et ce n'est pas la Compagnie des Vins du Grand Sud-Ouest,  mise en liquidation pour avoir cru pouvoir faire des affaires avec le hard discount, qui me contredira...

18:41 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

02 mars 2008

Vin & Société en appelle à nouveau à Nicolas Sarkozy

La présidente de Vin & Société, Marie-Christine Tarby, a profité du passage de Nicolas Sarkozy au Salon de l'Agriculture pour l’interpeller sur le Code de santé publique. Le Président français s'est de nouveau engagé à faire évoluer la législation en matière de publicité sur les boissons alcoolisées, afin que la France reste le pays de référence du vin. Vin & Société insiste sur l’urgence  de concrétiser cet engagement afin de mettre fin à l’insécurité juridique, illustrée par les récentes condamnations du Parisien et des Echos, qui menace de faire du vin un tabou médiatique. Après avoir présenté au président les actions menées par la filière pour promouvoir la modération, Marie-Christine Tarby lui a rappelé l’urgence d’ajouter Internet à la liste des supports de communication autorisés et de donner une définition à la publicité dans le code de santé publique.

Lors de cet échange, Nicolas Sarkozy a réitéré son engagement à trouver une solution pour que le vin soit "un produit du terroir qu'on ne doit pas culpabiliser". Il a ainsi confirmé lesengagements pris lors de la campagne présidentielle, notamment à Sancerre en février 2007 et à Chateauneuf-du-Pape en avril 2007, ou encore dans sa réponse au questionnaire Vin & Société.

«Nous sommes satisfaits de cette confirmation, mais il est désormais urgent de la concrétiser. Nous demandons au chef de l’Etat d'arbitrer rapidement ce dossier en réunissant de manière urgente tous les partenaires intéressés. Nous attendons une date de réunion. Si nous n’obtenons pas de réponse dans les prochains jours, nous passerons à une phase de mobilisation forte de toute la filière sur ce sujet. Notre avenir économique et notre existence mêmes sont en jeu» insiste la Présidente de Vin & Société.

21:03 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |