20 octobre 2007

Entre deux Mers 2007 : tout est bien qui finit bien

2007, année de toutes les rebondissements climatiques… se termine bien en Entre deux Mers.
Après un hiver doux et un printemps inhabituellement chaud (42 heures de soleil en plus en avril par rapport aux normales saisonnières…), la vigne avait pris de l’avance. On partait, non pas comme en 14, mais comme en 2003… Un été pourri allait encore compliquer les choses, le déficit d’ensoleillement était patent tout au long de juillet et d’août (moins 40 heures en juillet !), on craignait le pire.
Et puis est arrivé septembre – le plus ensoleillé depuis 60 ans (+73 heures par rapport aux moyennes saisonnières). Les températures se sont remises à monter, même au cours des 15 premiers jours d’octobre.
En résumé, l’année précoce s’est muée en année tardive, il a fallu attendre pour s’assurer d’une bonne maturité des raisins. Mais heureusement, le temps le permettait.
Les vendanges se sont faites dans des conditions idéales : beau, frais et sec le matin, juste ce qu’il fallait de petit vent du nord en journée.
A l’arrivée, des raisins sains, à peau épaisse (pressage relativement difficile), et des rendements plutôt bas (25% de moins que les moyennes sur dix ans).
Et comme corollaire, de bonnes concentrations aromatiques et des teneurs en sucres élevées.
Les jus présentent beaucoup de matière en bouche, les nez laissent présager des vins très aromatiques.
Mais Dieu qu’il a fallu avoir les nerfs solides, cette année, dans la vigne.

09:36 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

19 octobre 2007

Cahors la joue "black"

Le vin de Cahors se distingue par sa couleur noire. Dès le 13e siècle, les Anglais le dénommèrent “Black Wine”, par opposition aux vins ”Clairets”.
L’Union Interprofessionnelle des Vins de Cahors a décidé d’axer sa communication sur cette différenciation. Mais derrière cette nouvelle image se profilent des enjeux économiques.

logo_vinnoir_couleur

Jérémy Arnaud, Directeur marketing de l'UIVC, précise ces enjeux : «Pour son développement, Cahors doit miser sur  les vins de moyenne gamme qualitatifs, identifiés par des marques commerciales, en sus de la mention AOC Cahors; des vins produits en volumes significatifs, de qualité homogène et appuyés par des budgets de promotion spécifiques. Et ce, pour viser de grands marchés incontournables (grands distributeurs, restaurants, cavistes en France, importateurs et distributeurs à l'étranger.

Sur ce créneau, les concurrents du Cahors sont notamment les autres AOC rouges du Sud-Ouest, mais aussi les Bordeaux - Bordeaux sup, les Côtes du Rhône et Côtes du Rhône Village…
Face à ces concurrents, les marques de Cahors doivent miser sur un marketing de différenciation (le cépage Malbec et le caractère de vin noir, notamment), mais aussi renouveler l'image de l’AOC en proposant des vins concentrés et gourmands, pour reprendre l'expression de la Maison Richard.»

Et l’UIVC de citer quelques exemples de marques: Pigmentum (Vigouroux); Rigal (Jeanjean), La Croix du Mayne (François Pélissié), Compagnie France Malbec (Thierry Baltenweck), Côtes d'Olt (Sud-Ouest Millésimes), SAS Cahors Malbec…

 

Plus d'info: http://www.blackisphere.fr/

06:35 Écrit par Hervé Lalau dans France | Tags : vin | Lien permanent | Commentaires (5) | | | |