03 avril 2009

Le vin? Ca a eu payé!

Les grands crus cassent leurs prix? Les coopératives sont dans le rouge? Les petits producteurs désespèrent de voir le prix du vrac remonter? La grande presse snobe le vin?

Il y a pourtant de bonnes nouvelles au vieux pays de France: imperturbable, le groupe Castel, qui fête ses 60 ans cette année, annonce des profits records: près de 400 millions d'euros.

Mais la branche vins ne représente que 8 % du bénéfice global.

Pierre Castel s'en amuse devant nos confrères de Rayons Boissons: «Nous avons beau être leader des vins tranquilles en France, ce n’est pas une activité qui rapporte beaucoup».

Le gros du bénéfice, ce sont les activités verrières, brassicoles et sucrières sur le continent africain - continent où Castel vient d’investir 300 millions d’euros pour moderniser ses brasseries.

Rappelons qu'en 2008, Castel s'est désengagé de ses parts dans le groupe Alma, qui contrôle les eaux de source Cristaline et et les eaux minérales de Neptune (St-Yorre, Courmayeur…).

06:46 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

01 avril 2009

Liberté, Egalité, Opacité

Vous avez certainement entendu parler de ces mueslis de Lidl, retirés de la vente pour cause de contamination par des encres d'imprimerie. Pas de quoi en faire un drame. Sauf que l'alerte européenne date du 9 février, et que si la plupart des filiales du discounter allemand ont fait le nécessaire pour prévenir leurs clients et leur demander de leur retourner leurs achats, en France, il n'y a eu aucune annonce. Le premier avril, soit près de deux mois après la découverte de la contamination, les radios françaises en étaient réduites à demander des infos à l'agence fédérale de la sécurité alimentaire... belge. Car du côté de son homologue française et de la fameuse Répression des fraudes, c'était silence radio (c'est le cas de le dire).

Vous vous rappelez, en 1985: le nuage radioactif de Tchernobyl avait contourné la France (sans doute effrayé par la complexité des déclarations en douane).

24 ans après, rien de changé, la France pratique toujours l'information à géométrie variable.

Les scandales, c'est toujours chez les autres que ça se passe. Regardez dans le domaine du vin, après 5 ans d'enquête à Bordeaux, c'est la police belge qui a mis fin aux activités de Geens, le multirécidiviste de la fraude aux appellations. Pourtant, une grosse partie des faits se sont passés en France - c'est même là que l'affaire a démarré. On attend toujours que s'ouvre le procès.

 

afssa

Là encore, dommage pour la crédibilité des autorités françaises.

18:44 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |