08 juillet 2008

La solution de Bizeul

Extrait du blog de mon ex-confrère Hervé Bizeul, voici un passage assez virulent d'une conversation avec cet autre champion du blog qu'est Jacques Berthomeau. Le thème de départ: la colère des vignerons du Languedoc, le marché, les vins industriels...  Attention, ça décoiffe...

"La solution, tu la connais comme moi : il suffisait d'élire à la tête de l'INAO un "grand dictateur" qui, enfin, dirait aux vignerons, en tapant sur la table : l'AOC, tu l'aimes, tu la respectes, ou tu la quittes ! Et à nouveau, on respecte les règles, qu'il était inutile de changer, parce qu'excellentes. On mettait les contrôleurs dans les vignes (en supprimant le label, on en aurait eu de reste), accompagné des douaniers en pré-retraite depuis Schengen, et tous ceux qui n'étaient pas conformes : vin de table. Et si pas content, c'est pareil. Et l'AOC, elle aurait retrouvé vite fait qualité, couleur, prix et crédibilité, le vin Français aussi. Mais non, on en remet une couche, le tout avec un Champenois à la tête de l'usine à gaz INAO, qui, une fois qu'il aura augmenté de manière scandaleuse l'aire d'AOC de la Champagne, ira couler une retraite heureuse. Et personne moufte. On est des moutons. J'ai honte pour mon ancien métier de journaliste. Vous avez dit AOC ? Vous avez dit Terroir ? On est ridicule aux yeux du monde entier... On est d'ailleurs ridicule aussi parce qu'on dépense de l'argent public EN MEME TEMPS pour dire aux français : "buvez moins, le vin, c'est un poison" et aux étrangers : "buvez plus, le vin français est un nectar" ! Et tu me parles de cohérence ? Tu me fais bien rigoler. La "base", il faudrait peut-être que les politiques commencent à lui dire qu'ils la respecte et que la viticulture, ils l'aiment d'amour et de plaisir. Le président, qui s'insurge parce qu'on ne lui dit pas boujour à la télé, en tête. C'est quand la dernière fois qu'on a invité un grand vigneron français dans un voyage présidentiel, au fait ?"

Bizeul

 
Bon, quand on travaille au Clos des Fées, un coup de baguette, et on transforme les cons en vin. C'est pas la matière première qui manque, à tous les niveaux de pouvoir... 

Plus d'info:  http://closdesfees.com/blog2/index.php/post/2008/06/30/Un-peu-de-pragmatisme

10:28 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

03 juillet 2008

Bugey vacances

Qu'est-ce qui pétille et qui est issu de gamay et/ou de poulsard?

Le Cerdon, bien sûr.

Spécialité du Bugey, on ne peut pas dire qu'il menace le Champagne ou le Cava en termes de notoriété. Mais quand on se fournit chez les bons producteurs, le Cerdon n'a rien à envier aux plus grands en matière de fraîcheur et de friand.

Comme celui de Gabin Grobon, à Saint Martin du Mont.

Bugey
En Bugey (photo H. Lalau)

 

Cette Méthode Ancestrale n'a pas fermenté tout son sucre, d'où un faible degré d'alcool (8°) mais surtout un très joli fruité.

L'acidité balance bien le sucre, les arômes de violette et de bonbon à la fraise vous sautent au nez, la bulle est joyeuse, c'est moyennement long en bouche.

Bref, c'est du plaisir à l'état liquide. Comme les prix sont sages (on n'est pas à Epernay), aucune raison de se priver!

Alors, un petit détour par le Bugey, cet été, ça vous dit?

Info: Gabin Grobon, 0033 4 74 35 52 91 

11:32 Écrit par Hervé Lalau dans France | Tags : vin | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |