27 mars 2009

Berthomeau allume le Nouvel Obs'

Extrait de l'excellent blog de Jacques Berthomeau - le genre de trucs à montrer dans les écoles de journalisme...

"Le sieur Chiquelin nous pisse une copie dans l’hebdo des exclus (le Nouvel Obs.), sous le  nom affriolant de «La vie en rosé». Un must dans le genre démagogie franchouillardisante matinée d’alter et nouvelle vulgate type Besancenot. Très good dans un magazine où la plus petite babiole exposée affiche au minimum les 3 SMIC, ou «je mange bio mais je n’ai pas jeté mon sac Céline».

Que Chiquelin ait un point de vue sur le sujet, c’est son droit. Même si on s’en bas les c… comme on se bas les c... du mien, d’ailleurs. Mais alors qu’il affiche la couleur: tribune libre.

Non, Chiquelin est journaliste: il exerce le beau métier de nous informer. Alors qu’il s’informe avant de nous tartiner des «conneries»!

Exemples: mélanger du vin blanc et du vin rouge équivaudrait à l’adjonction de graisse végétale dans le chocolat. Que je sache du vin + du vin, quelle que soit sa couleur, ça fait du vin, ça ne change pas la nature du produit. Que ce soit bon ou mauvais, c’est une autre histoire. Il suggère aussi que ce mélange créerait du vin. Que je sache, 1 litre de blanc + ½ litre de rouge = 1,5 litre de rosé ça ne fait pas un cl de plus sur le marché, contrairement à la chaptalisation, qui, dans certains cas crée des volumes.

Je passe sur le couplet de l’industrialisation du vin, ça plaît beaucoup dans les lofts et les maisons de campagne.

Mais, là où je vois rouge, c’est lorsque le Chiquelin, pas gêné, évoque le feuilleton parlementaire de « l’interdiction de la dégustation ». Il arrive après la bataille, le gus. Mais où était-il lorsque ça chauffait ? Qu’a-t-il écrit sur le rapport de l’INCa ? «Oualou», que dalle, planqué, silencieux, pas même un petit signe de soutien au combat contre les prohibitionnistes! Les ouvriers de la 25ième heure me gonflent. Les beaux et bons vins rosés de France méritent un bien meilleur avocat et n’ont rien à gagner de plaidoiries à 2 balles, truffées d’approximations et de couplets qui n’ont rien à voir avec la choucroute..."

Plus d'info:

http://www.berthomeau.com/article-29489156.html

12:03 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

25 mars 2009

Buzzzz environnemental

Après le Languedoc-Roussillon, l'Ile de France, Rhônes-Alpes et différentes collectivités locales (Ville de Lille, Ville de Martigues, Villes de Nantes, Pyrénées Orientales, Château de Versailles...), la Bourgogne va sensibiliser ses habitants sur le rôle crucial des abeilles dans l'agriculture, et sur l'impérieuse nécessité qu'il y a à les protéger, alors que leurs effectifs sont en baisse un peu partout.

 

unaf_sansPlume

 


La Région a décidé de participer au programme de l’Union Nationale de l'Apiculture française intitulé «Abeille sentinelle de l’environnement».
Concrètement, 8 ruches seront installées dans 2 lycées agricoles de l’agglomération dijonnaise, aux fins d'étude.

L'importance des abeilles dans la pollénisation des plantes n'est plus à démontrer. Leur rôle de révélateur des atteintes à l'environnement, de "fusible", est aussi évident.

Les effets négatifs des insecticides et pesticides neurotoxiques systémiques sur les abeilles ont été démontrés, mais seul un petit nombre a été interdit, hélas, car les intérêts économiques à courte vue sont trop importants. Même l'Agence française de sécurité santitaire des aliments préfère attribuer la surmortalité alarmante observée ces 10 dernières années (jusqu'à 50%) à un acarien parasite de l'abeille venu d'Asie, le varroa. Il est vrai que le varroa ne dispose pas des budgets de lobbying d'un Bayer ou d'un Monsanto!

Pourtant, le varroa, qui est apparu dans les années 1980 en Europe, est connu des apiculteurs et ses dégâts - réels, car il suce le sang de l'abeille - sont relativement bien maîtrisés.

Ayant été moi-même sensibilisé à cette problématique lors d'une visite au musée du miel et de l'abeille du Poiroux, en Vendée (La Foile de Finfarine), je me fais un plaisir de relayer ce message. J'espère aussi que mes amis vignerons sont conscients des enjeux, en Bourgogne comme ailleurs dans le monde.

Pour agir, bien des moyens sont à la portée des citoyens: en parler aux enfants, diffuser l'info dans les écoles ou auprès de ces voisins, apposer des autocollants sur sa voiture ou son tracteur, et bien entendu, prêcher par l'exemple en n'employant plus de produits chimiques dangereux.Voila un "buzz" bien sympathique, non?

Plus d'info: UNAF, a.henriot@wanadoo.fr

 

 

06:59 Écrit par Hervé Lalau dans France | Tags : abeilles, environnement | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |